Sécurité

Affrontements entre les FARDC et le M23 soutenu par le Rwanda : Cette situation met en péril la paix et la sécurité dans la région (Députés nationaux du Nord-Kivu)

Congo Rassure Share

Affrontements entre les FARDC et le M23 soutenu par le Rwanda : Cette situation met en péril la paix et la sécurité dans la région (Députés nationaux du Nord-Kivu)


La situation sécuritaire dans la partie Est de la République, au Nord-Kivu, suite aux multiples attaques de la rébellion du M23 soutenue par le Rwanda, entraîne une série de conséquences plus néfastes les unes que les autres, prévient le groupe des députés nationaux de cette partie de la RD Congo.

Affrontements entre les FARDC et le M23 soutenu par le Rwanda : Cette situation met en péril la paix et la sécurité dans la région (Députés nationaux du Nord-Kivu)

Pour ces députés, outre les drames de Beni dus aux ravages de plusieurs années des terroristes ADF et de l’Ituri secouée par des attaques particulièrement violentes de la CODECO et d’autres groupes armés, il est révoltant de constater que le M23 soutenu par l’armée rwandaise, s’invite dans le chaos et refait la guerre à la RDC.

C’est inadmissible, selon ces élus qui affirment que les affrontements entre les assaillants et les forces de sécurité et de défense ont fait plusieurs morts et le déplacement désordonné des populations dans les territoires de Rutshuru et Nyiragongo.

« C’est une nouvelle situation humanitaire dramatique pour une population qui souffre depuis plusieurs décennies », regrettent ces représentants des populations Nord-Kivutiennes.

Par ailleurs, ces députés nationaux qui ont pu collecter dans l’immédiat, une somme de 100.000 dollars comme contribution à l’effort de guerre afin de compléter la ration des soldats engagés dans le front contre les ADF et le M23, soutiennent que la ville de Goma et ses environs sont en détresse.

Ces élus affirment que cela est dû à la récente attaque du camp militaire de Rumangabo et au blocage de la route Goma-Rutshuru à partir de Kibumba dans le territoire de Nyiragongo par des assaillants du M23 venant de la frontière rwandaise.

« Cette situation, aux conséquences socio-économiques incalculables, a également empêché les finalistes de certains lycées de passer leurs épreuves de dissertation dans le cadre des examens d’État 2022 », déplore le caucus des élus du Nord-Kivu, dénonçant fermement ces agissements qui, selon eux, mettent en péril « l’intégrité territoriale et la souveraineté nationale ainsi que la paix et la sécurité internationales dans la région ».

Ainsi, au regard de la gravité de la situation, les députés du Nord-Kivu demandent au Gouvernement de la République de saisir d’urgence le Conseil de Sécurité des Nations Unies, le Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine ainsi que les différents mécanismes sous-régionaux afin de trouver les solutions nécessaires. Plus que tout, ils souhaitent que l’exécutif déclare le mouvement du 23 mars “groupe terroriste à l’instar des ADF”.

Les élus du Nord-Kivu qui réitèrent une nouvelle fois leur soutien indéfectible aux FARDC, invitent également tout le peuple congolais à se mobiliser derrière leur armée afin de chasser l’ennemi du territoire national.

KMC, Kinshasa
Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
26 ⁄ 13 =


error: Content is protected !!