Sécurité

Affrontements FARDC-M23 : Martin Fayulu fulmine, « le gouvernement doit dire la vérité sur l’identité de l’agresseur »

Congo Rassure Share

Affrontements FARDC-M23 : Martin Fayulu fulmine, « le gouvernement doit dire la vérité sur l’identité de l’agresseur »


Pour l’opposant et figure de proue de la coalition Lamuka, Martin Fayulu (photo), le gouvernement de Kinshasa doit cesser de cacher la vérité sur la véritable identité des agresseurs de la RDC.

Affrontements FARDC-M23 : Martin Fayulu fulmine, « le gouvernement doit dire la vérité sur l'identité de l'agresseur »

Dans une brève déclaration, Martin Fayulu qui se félicite du fait que la population du Nord-Kivu et les forces armées congolaises parlent sans crainte du véritable agresseur de la RDC dans ces affrontements entre l’armée et le mouvement rebelle du M23 et alliés, ne mâche pas ses mots face au silence observé du côté des officiels.

« Les populations locales et les FARDC pointent du doigt l’agresseur, mais le gouvernement congolais illégitime affiche un silence complice. Le peuple congolais et le monde entier doivent connaître la vérité », écrit l’opposant au régime Tshisekedi.

Martin Fayulu, qui soutient que le plan macabre contre la RDC est très avancé, estime qu’il n’y a plus de temps à perdre et que le peuple congolais doit soutenir les réformes électorales pour des élections pacifiques afin de doter le pays « d’institutions légitimes capables de défendre son intégrité et d’assurer la prospérité ».

Pour l’instant, les informations du gouvernement central sont diffusées au compte-gouttes. Il s’observe un silence de cimetière du côté du ministère de la communication. Une posture qui en inquiète plus d’un surtout que rien n’a encore été dit sur l’identité de ceux qui soutiennent le M23 même si l’armée a annoncé mardi soir que les effets militaires récupérés sur les différentes lignes de front lui permettront d’identifier avec certitude l’ennemi.

Ce silence froisse plus d’une personne dans la sphère de l’opposition congolaise. L’une des dernières réactions en date est celle de la sénatrice Francine Muyumba. Ce cadre du FCC de l’ancien président Joseph Kabila s’interroge si le gouvernement est au courant de la situation sécuritaire très alarmante à l’Est du pays. «Qu’est-ce qui justifie le silence des autorités congolaises? Est-il possible que ce gouvernement informe la nation sur ce qui se passe exactement? Nous condamnons ce silence » souligne la sénatrice Muyumba.

Il est à noter que la réaction de M. Fayulu intervient alors que le M23 a engagé l’armée congolaise sur deux lignes de front depuis les premières heures du mercredi. En territoire de Rutshuru, les soldats ont été attaqués notamment à Runyonyi alors qu’en territoire de Nyiragongo, l’armée tente de contenir l’avancée des rebelles sur la ville de Goma.

Toutefois, selon le Colonel NDjike Kaiko Guillaume, porte-parole des FARDC dans ces opérations, la situation est actuellement stable à Chanzu, Runyonyi et dans les environs, sauf à Kibumba, où l’armée régulière tente de repousser les assaillants.

Du côté des personnes déplacées, la situation humanitaire frôle une nouvelle catastrophe. Le coordinateur de la protection civile au Nord-Kivu met en garde contre leur situation. Joseph Makundi explique qu’il est plus qu’urgent d’identifier un site pour accueillir les personnes fuyant les combats. Le ministre de tutelle est appelé à agir rapidement.

Par KMC, Kinshasa
Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
13 − 4 =


error: Content is protected !!