ActualitéPolitique

Après la condamnation de sieur Kamerhe, l’UNC se fâche et lâche momentanément l’USN et le CACH

Droits tiers
Congo Rassure Share


Après la condamnation de sieur Kamerhe, l’UNC se fâche et lâche momentanément l’USN et le CACH


Par la Rédaction –CongoRassure

L’Union pour la Nation Congolaise (UNC) de Vital Kamerhe vient de lever la soirée de ce mercredi 16 juin 2021 une série des mesures en signe de protestation à l’emprisonnement de son président national. En procès d’appel, l’ancien directeur de cabinet du Président de la République a écopé de 13 ans de prison ferme et travaux forcés.

À la veille de l’énoncé du verdict du procès en appel du fameux « dossier des 100jours » , du côté de l’UNC, les esprits des sympathisants et militants étaient déjà surchauffés, la majorité espérant l’acquittement de celui qui aimait s’appeler « le pacificateur ». Malheureusement c’était sans compter la détermination du procureur ainsi que celle des avocats de la République.

Après l’audition de toutes les parties, le tribunal a tranché le 15 juin et a de ce fait décidé la réduction de la peine de Vital Kamerhe de 20 à 13 ans de prison. Décision qui a hérissé les membres de l’UNC qui sans attendre, se sont réunis autour du nouveau secrétaire général pour tirer les conséquences de cette décision judiciaire.

À l’issue de cette réunion de crise présidée par l’ancien ministre Billy Kambale Eraston, l’UNC a qualifié d’inique et injuste le prononcé du jugement appel contre son autorité morale.

Dans une déclaration rendue publique la soirée de ce mercredi 16 juin, le parti de Vital Kamerhe condamne et dénonce ce qu’il qualifie d’irrégularités criantes observées au cours de la procédure en appel. « Le comportement des juges dénotait déjà d’un intéressement certain dans cette affaire, sinon des injonctions des instances obscures continuellement communiquées en pleine audience et qui en perturbaient le déroulement » dénonce l’UNC.

Le parti constate que malgré ses appels incessants à l’endroit du Président de la République, en vue de son implication entant que garant du fonctionnement régulier de toutes les institutions y compris, celles judiciaires, « celui-ci n’a pas fait assez pour permettre à l’Honorable Vital KAMERHE d’accéder à un procès équitable. »

De ce fait, lit-on dans la déclaration, la Direction politique nationale décide de procéder dès ce jour à l’évaluation sans complaisance de l’accord de Nairobi et du partenariat politique du parti aussi bien au niveau du CACH que de l’Union Sacrée de la Nation.

« En attendant les résultats de cette évaluation, la Direction Politique Nationale demande aux élus du parti à tous les niveaux, de suspendre leur participation aux activités politiques du CACH et de l’Union Sacrée de la Nation et ce, comprises celles du groupe parlementaire CACH jusqu’à nouvel ordre » révèle la communication vespérale de l’UNC.

Enfin, la Direction Politique Nationale du parti recommande au gestionnaire du parti au quotidien d’étudier d’autres voies et moyens légaux qui pourront faciliter le relâchement de Vital Kamerhe. Le parti annonce donc que « toutes les options politiques conformes à la loi en vue d’un partenariat politique dans le cadre duquel le parti obtiendra à tout prix la libération de Vital KAMERHE » seront prises en compte.

Il est à noter qu’à l’énoncé du verdict de condamnation du président national de l’UNC le mardi dernier, quelques manifestations sporadiques ont été signalées dans certains coins de la capitale Kinshasa mais aussi dans la province du Sud-Kivu. Certaines de ces manifestations ont continué suivant le même rythme la soirée de ce mercredi 16 juin.

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
30 ⁄ 6 =


error: Content is protected !!