Sécurité

Au moins deux civils tués par les casques bleus de la MONUSCO à Kasindi : Le gouvernement congolais exprime son indignation 

Congo Rassure Share

Au moins deux civils tués par les casques bleus de la MONUSCO à Kasindi : Le gouvernement congolais exprime son indignation


Après qu’au moins deux civils ont été touchés et tués par des balles tirées par les elements de la MONUSCO le dimanche 31 juillet 2022 dans la cité frontalière de Kasindi au Nord-Kivu, le gouvernement congolais a exprimé son indignation et a déploré cet incident qu’il a qualifié de malheureux.
Au moins deux civils tués par les casques bleus de la MONUSCO à Kasindi : Le gouvernement congolais exprime son indignation 
Les manifestants au Nord-Kivu réclament le départ de la MONUSCO du territoire congolais. Photo : Moses Sawasawa. Goma RDC, juillet 2022.

Dans une communication du gouvernement de la République démocratique du Congo rendu publique par le ministère de la Communication, l’exécutif central dit avoir appris avec consternation le grave incident survenu le dimanche 31 juillet 2022 au poste frontalier de Kasindi entre la République démocratique du Congo et l’Ouganda.

Kinshasa condamne et déplore vigoureusement « cet incident malheureux dont le bilan provisoire fait état de deux (02) compatriotes morts et 15 autres blessés suite à des coups de feu tirés par des casques bleus d’un contingent de la brigade d’intervention de la Monusco en provenance de l’Ouganda et leur franchissement forcé de la frontière ».

Le Gouvernement, qui présente ses condoléances aux familles endeuillées et exprime sa compassion aux blessés, rassure que « les mesures nécessaires sont prises pour assurer la prise en charge matérielle et juridique suite à ce drame ». En effet, il affirme que conjointement avec la Monusco, ils ont « ouvert une enquête » pour établir les responsabilités afin de connaître les motivations d’un tel crime et obtenir des sanctions sévères contre les casques bleus à l’origine de cette tragédie qui sont d’ailleurs déjà en état d’arrestation.

Par ailleurs, les autorités congolaises indiquent que les casques bleus concernés ne pourront plus faire partie des contingents de la Monusco, en attendant l’issue du plan de retrait de cette force onusienne de la République démocratique du Congo. Toutefois, le Gouvernement de la République appelle au calme la population congolaise en général, et particulièrement celle de Kasindi et de toute la province du Nord-Kivu. Kinshasa rassure qu’il veillera à ce qu’un tel incident ne se reproduise plus.

Il convient de noter que cette tragédie est survenue après plusieurs jours de manifestations anti-MONUSCO dans la province du Nord-Kivu, exigeant que la force onusienne quitte le territoire congolais. Des dizaines de personnes ont perdu la vie lors de ces manifestations, qui se sont transformées en émeutes, rendant les relations entre la population et la mission de l’ONU en RDC encore plus tendues.

La Rédaction

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
27 × 15 =


error: Content is protected !!