Actualité

BENI : « Nous avons des difficultés à coopérer davantage avec les FARDC car elles comptent encore des généraux sanctionnés dans leurs rangs » Mike Hammer

Congo Rassure Share


BENI : « Nous avons des difficultés à coopérer davantage avec les FARDC car elles comptent encore des généraux sanctionnés dans leurs rangs » Mike Hammer


Par Kitsa Musayi Sébastien –CongoRassure/ Beni

Les Etats-Unis sont déterminés à mettre fin aux attaques des rebelles ADF à Beni, a affirmé l’ambassadeur américain en République Démocratique du Congo, en séjour à Beni.

Mike Hammer, ambassadeur américain en République Démocratique du Congo, est arrivé à Beni le jeudi 01 juillet 2021 pour témoigner de la solidarité des Etats-Unis d’Amérique à la population de Beni et de la partie Est du pays qui vivent depuis longtemps dans un cycle des violences.

Devant la presse à l’aéroport de MAVIVI-BENI, le diplomate américain a exprimé ses condoléances aux familles victimes de la dernière attaque rebelle attribuée aux ADF dans la ville de BENI dans la nuit du mercredi 30 juin au jeudi 01 juillet 2011. Dans ce cadre, il a eu des échanges avec les différentes autorités policières et militaires ainsi que la société civile de Beni.

Réagissant à la question de la contribution américaine pour mettre fin aux attaques terroristes à Beni, le diplomate américain a souligné : « Notre contribution à la situation sécuritaire se fait à travers la MONUSCO, que les Etats-Unis soutiennent pour lutter contre les ADF. Nous avons des difficultés à coopérer davantage avec les FARDC, comme je l’ai déjà dit, parce qu’il y a encore des généraux dans les FARDC qui sont sanctionnés »

Mike Hammer estime qu’il faudra également combattre la corruption et la violation des droits de l’homme. « Je dois dire que l’un de mes messages au maire et à l’officier de police, également au commandant de Sukola 1 et aux autorités congolaises, c’est que pendant l’état de siège il est vraiment nécessaire de protéger les droits de l’homme et de s’assurer qu’il y aura toujours des opportunités pour la population de s’exprimer librement et pour la presse de faire son travail sans la menace d’une arrestation, et qu’il est toujours nécessaire d’avoir un espace politique, même si de temps en temps cela signifie que la critique des actes posés par les autorités fait aussi partie de la démocratie ».

Répondant à la question sur le départ de la mission onusienne tel que souhaité par certaines couches de la population, l’ambassadeur américain révèle que les réactions qu’il a toujours obtenues des représentants du peuple sur cette problématique ont toujours été diverses. «Quand je demande aux représentants de la société civile de Beni s’ils veulent vraiment le départ de la MONUSCO, les réponses ont toujours été différentes. Ils disent non, pas vraiment, qu’ils voudraient plutôt que la MONUSCO soit plus efficace. »

Mike Hammer rappelle que la MONUSCO n’est pas l’ennemi, mais il admet que la mission onusienne doit être plus efficace. « Nous sommes tous d’accord sur le fait que la MONUSCO doit travailler plus dur et qu’il incombe également aux FARDC de mieux coopérer. En fin de compte, c’est aux congolais de décider si la MONUSCO reste dans le pays, mais lorsque je parle avec des amis de la société civile, ils me disent que la véritable intention de la manifestation contre la MONUSCO n’est pas que celle-ci quitte le pays, mais qu’elle fasse un travail très important pour mieux protéger la population et éliminer les groupes terroristes. »

Sur ce qui manque encore à la MONUSCO, qui a le plein soutien des Etats-Unis pour mettre fin à l’ADF, l’ambassadeur américain a annoncé que : « les ressources arrivent ». Selon lui, il y a presque plus de 1000 soldats qui vont venir aider la mission de la FIB. « Nous pensons qu’il y a des ressources nécessaires pour mettre plus de pression sur l’ADF et d’autres groupes armés ».

Cependant, Mike Hammer reconnaît qu’il y a encore un grand défi à relever en ce qui concerne le dispositif de l’état de siège même si quelques succès ont été enregistrés. « Après les récentes attaques à la bombe des ADF, il y a encore un grand défi, on l’avoue. Ils changent leurs tactiques, ce qui est typique quand ils sont sous pression. Mais nous devons continuer et nous devons être déterminés pour mettre fin à ce groupe terroriste » a-t-il dit.

Signalons qu’il était accompagné dans cette visite par des membres des ambassades britannique et française.

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
17 × 22 =