Actualité

Beni territoire : incidents à kasindi, une guerre des faits entre les organisations des Droits Humains et l’Administrateur du territoire

Congo Rassure Share

Beni territoire : incidents à kasindi, une guerre des faits entre les organisations des Droits Humains et l’Administrateur du territoire ?


Les organisations des Droits Humains du Territoire de Beni disent avoir suivi avec intérêt les propos tenus par l’administrateur de Beni territoire face à la population de la cité frontalière de Kasindi, dans lesquels, l’autorité territoriale aurait accusé les ONGDHs, la Société Civile et la Jeunesse, de rester aphones après les récents incidents sur les manifestations anti-monusco au Nord-Kivu généralement, et plus particulièrement dans son ressort administratif.
Beni territoire : incidents à kasindi, une guerre des faits entre les organisations des Droits Humains et l'Administrateur du territoire ?
Image d’illustration. Les éléments de la MONUSCO lors d’une de leurs patrouilles en RDC. ©Monusco

D’après ces organisations, l’administrateur du territoire est allé très loin en les accusant des charognards vivant du sang de la paisible population qui coule des massacres et des atrocités causés par les groupes armés qui foisonnent l’Est de la RDC depuis belle lurette.

Dans cette lettre, les organisations disent condamner les propos maladroits et les accusations fallacieuses de l’autorité territoriale. Pour elles, cela relève du populisme exposant les Défenseurs des Droits Humains.

Ces propos de l’administrateur tendent à fractionner la relation entre la population opprimée et ses porte-paroles pendant des manifestations anti-monusco et l’Etat de Siège, période pendant laquelle des violations graves des droits humains se font enregistrées sous l’oeil impuissant du gouvernement, qui jusqu’à présent contenue à tergiverser et tarde à réserver une suite favorable face à l’insécurité qui sévit dans la région.

« Nous fixons l’opinion publique que, les Organisations des Droits Humains travaillent en respectant un certain nombre des principes qui ne les obligent pas de travailler sous pression, moins encore sur injonction d’aucune autorité de peur de s’éloigner de l’indépendance dans leurs activités de routines », écrivent ces structures dans ce document.

Ces organisations disent par ailleurs ne pas se limiter seulement aux déclarations, moins encore aux alertes. Elles déclarent aussi qu’elles documentent les violations des Droits Humains dans un rapport de monitoring qu’elles partagent avec les décideurs en termes des plaidoyers et lobbying au nom, et pour le compte de l’intérêt général de la population, insistent-elles.

Et face aux manifestations anti-monusco et Etat de Siège, les Organisations des Droits Humains en territoire de Beni disent soutenir les actions populaires et pacifiques de la population qui manifeste son souhait de voir la MONUSCO dégager du Territoire National Congolais et mettre fin à l’Etat de Siège qui jusqu’à présent a montré ses limites à restaurer la Paix et la Stabilité à l’Est du Pays.

Cependant, elles réitèrent leur souhait de voir l’Administrateur du Territoire de Beni prouver comment les ONG de défense des droits de l’Homme survivent grâce au sang de la population assassinée dans les atrocités à l’Est de la RDC, car, il existe un sacro-saint principe de droit : « C’est à celui qui allègue les faits de les prouver ». Faute de quoi, elles lui demandent de retirer ses propos maladroits incitant à la haine et à la division.

Enfin, ces structures citoyennes de défense des droits de l’homme et composantes clés de la société civile du Territoire de Beni disent disposer de la réserve légale pour engager des actions en justice contre l’Administrateur.

Emmanuel MWENE

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
6 × 11 =


error: Content is protected !!