Actualité

Cinquième jour des manifestations anti-MONUSCO à Butembo : La situation socio-sécuritaire toujours tendue

Congo Rassure Share

Cinquième jour des manifestations anti-MONUSCO à Butembo : La situation socio-sécuritaire toujours tendue


Cinquième jour ce samedi 30 juillet 2022, des manifestations populaires pour réclamer le départ de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation du Congo (MONUSCO) en ville de Butembo, dans la province du Nord-Kivu. La situation socio-sécuritaire est reste tendue.

Des effectifs des militaires des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont été renforcés en appui aux éléments de la Police Nationale Congolaise (PNC). Les chiens policiers sont également utilisés dans les patrouilles. Surtout dans la partie Nord de la ville où devraient être enterrées les victimes des manifestations de lundi 25 juillet dernier.

Des manifestants ont de nouveau essayer de s’organiser pour une marche. Ils ont été dispersés par les éléments de l’ordre et de la défense moyennant des tirs de sommation.

Au centre-ville et dans d’autres coins chauds, les FARDC et la PNC sont visibles. Cette situation a de nouveau paralysé les activités socio-économique.

À préciser que la situation socio-sécuritaire a dégénéré à partir du retrait par force des corps des victimes vers 2heures du matin. Ces derniers étaient exposés par les manifestants au rond-point VGH, au niveau du Monument Historique de Butembo pour une veillée mortuaire avant leur enterrement prévu ce samedi.

D’après le maire intérimaire de Butembo, les dépouilles ont été ravies des mains des manifestants afin de trouver une solution avec les défunts des familles pour une imminente inhumation.

« Les corps n’ont pas été orientés vers le cimetière. Ils ont été retenus sciemment par quelques brebis galeuses à la place VGH. Ils les ont étalés là-bas. C’est ce qui a fait que nous ne puissions pas exposer nos frères, les laisser à la merci de n’importe qui », a déclaré le commissaire supérieur principal Mowa Baeki-Telly.

Dans sa communication, l’autorité urbaine a appelé les familles, les représentants des groupes de pression et les mouvements citoyens à venir à l’hôtel pour échanger urgemment afin d’enterrer les victimes.

Notons qu’il s’agit de 9 corps des civils tués lors des manifestations populaires anti-MONUSCO du lundi 25 Juillet 2022, aux cotés de 3 de la mission onusienne.

Martin Leku

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
15 − 1 =


error: Content is protected !!