Actualité

Départ des troupes ukrainiennes de la MONUSCO : Kinshasa doit tirer des leçons (opinion)

Congo Rassure Share

Départ des troupes ukrainiennes de la MONUSCO : Kinshasa doit tirer des leçons (opinion)


Comme annoncé il y a quelque temps, les troupes ukrainiennes qui étaient en RDC ont finalement plié bagages. Elles ne font plus partie des forces de l’ONU stationnées au pays.
Départ des troupes ukrainiennes de la MONUSCO : Kinshasa doit tirer des leçons (opinion)
Départ des troupes ukrainiennes de la MONUSCO : Kinshasa doit tirer des leçons (opinion)

Rappelées par Kiev suite à la guerre interminable avec son voisin russe, les troupes ukrainiennes se sont retirées de la mission de l’ONU en République démocratique du Congo. Il s’agit d’officiers et de la quasi-totalité des soldats ukrainiens qui ont également rapatrié tout leur matériel, y compris les hélicoptères.

Ce rappel des troupes ukrainiennes intervient à un moment où la RDC fait malheureusement face à plusieurs poches d’insécurité, surtout dans l’est du pays, notamment dans les deux Kivus et en Ituri où la présence de ces troupes était encore cruciale. Essentiellement, si l’on considère le rôle central que leur matériel volant a toujours joué en appui aux forces gouvernementales sur les différentes lignes de front, dont celles contre les ADF et le M23.

Cependant, cette décision de Kiev prouve à quel point la défense d’une Nation dépend avant tout de ses fils et de ses filles, d’où la nécessité pour Kinshasa d’envisager fortement de réformer son armée régulière ainsi que ses forces spécialisées pour trouver des solutions efficaces à ses nombreux problèmes d’insécurité. Une chose reste dorénavant claire : quoi qu’il arrive, chaque citoyen ne privilégiera que son propre pays avant de penser à celui d’un autre.

Par conséquent, les acteurs du régime Tshisekedi doivent prendre conscience de la complexité de la situation et comprendre qu’ils doivent donner la priorité aux forces armées congolaises dans la pacification totale du pays. Pour une fois, qu’ils acceptent de se sacrifier pour le bien de tous, notamment, parce qu’il le faut, en multipliant les frais alloués à l’armée et à sa logistique, d’autant plus que pour l’instant, les maigres solutions mises en place ne donnent rien. L’armée ne peut manifestement pas faire des miracles avec ce qu’elle n’a pas et les jeunes pourtant passionnés refusent de rejoindre les rangs car « le salaire mensuel » pour le sacrifice suprême est 200 fois moins que celui de ceux qui siègent au parlement alors que le pays se meurt. On pourra ergoter longtemps sur les causes du blocage de la pacification du pays, notamment en s’appuyant sur les prétendues responsabilités des populations locales, l’un des problèmes majeurs reste celui-là : Les autorités oublient l’essentiel et comptent sur les étrangers.

Si ces politiques ne veulent compter que sur les forces internationales, continentales ou régionales pour tout résoudre, la RDC risque d’être perdante et le peuple congolais sera voué à son triste sort. Mais aussi, s’ils ne parviennent pas à briser ce cycle d’insécurité qui secoue le pays depuis maintenant trois décennies, ils manqueraient eux-mêmes à leur promesse de rompre avec « l’inefficacité et le manque apparent de volonté », qu’ils reprochaient en boucle à l’ancien régime de Kabila.

Les décideurs ne doivent donc pas ignorer que lorsqu’il s’agit de la défense et de la sécurité d’un pays, la manière dont on remédie aux problèmes que l’on rencontre en dit long sur son état d’esprit, mais aussi sur son degré de patriotisme. Le temps n’est plus aux concepts tout aussi ronflants les uns comme les autres ni à la mesure de la performativité des discours.

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
27 − 3 =


error: Content is protected !!