Société

Enterrement des victimes tuées lors des manifestations anti-Monusco à Goma, la synergie des mouvements citoyens appelle à une ville morte ce vendredi

Congo Rassure Share

Enterrement des victimes tuées lors des manifestations anti-Monusco à Goma, la synergie des mouvements citoyens appelle à une ville morte ce vendredi


C’est après une réunion des membres des familles des victimes accompagnés de ceux de la synergie avec le vice-gouverneur du Nord-Kivu qui a présidé la réunion que l’annonce de l’enterrement des personnes qui ont perdu la vie lors des manifestations anti-Monusco a été faite.
Enterrement des victimes tuées lors des manifestations anti-Monusco à Goma, la synergie des mouvements citoyens appelle à une ville morte ce vendredi
10 corps victimes mortes lors des marches contre la MONUSCO en ville de Goma. 3 des victimes seront enterrées dans le Rutshuru ©Droits tiers.

Selon un membre de la synergie, les familles ont chacune tourné le dos à une somme de 2000 dollars qui leur a été offerte par l’autorité provinciale pour l’inhumation de leurs proches, une somme qualifiée de modeste par rapport aux charges supportées par ces familles pendant la période de deuil depuis le lundi de la semaine précédente. Il a dénoncé et fait savoir que les familles qui avaient accepté que l’enterrement ait lieu ce vendredi, resteraient unies contre le montant qui leur a été accordé par le gouvernement, qui devrait commencer par évaluer les faits.

Même s’il est difficile de dire clairement si ces familles en deuil ont finalement accepté cette aide du gouvernement, la cérémonie d’enterrement a déjà commencé à l’endroit prévu par les autorités provinciales. Dix corps sont déjà sur place avec les familles et les connaissances des victimes. Trois corps vont être amenés en territoire de Rutshuru pour inhumation.

Cependant, la synergie annonce une deuxième phase de manifestations qui devra aboutir à tout prix au départ de la mission de l’ONU en République démocratique du Congo.

« Ces familles doivent à tout prix être indemnisées parce que c’est leur droit. Les victimes ont été tuées dans les manifestations d’intérêt général, au lieu que le gouvernement puisse les assister, c’est une humiliation à la face du monde », a déclaré Patrick Ricky Paluku, coordinateur de la véranda Mutsanga, qui estime qu’il est temps que la mission de l’ONU parte, 22 ans après leur présence sur le sol congolais sans rien faire.

Il faut noter que la population de Goma a été sensibilisée à observer une ville morte ce jour de l’enterrement des victimes, où il est interdit de mener toute sorte d’activité.

Emmanuel MWENE, Goma/Nord-Kivu

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
13 + 29 =


error: Content is protected !!