Politique

Fayulu accuse Tshisekedi de « haute trahison » et soutient que le processus de Nairobi a pour but de valider les nouvelles frontières du Rwanda

Congo Rassure Share

Fayulu accuse Tshisekedi de « haute trahison » et soutient que le processus de Nairobi a pour but de valider les nouvelles frontières du Rwanda


Si les combats sont intenses dans l’est du pays entre les forces armées de la République démocratique du Congo et le M23 avec tous leurs soutiens étrangers, à Kinshasa, Martin Fayulu ouvre un autre front politique contre le régime Tshisekedi. Dans sa déclaration du mercredi 16 novembre, celui qui se revendique comme le véritable président de la RDC depuis plus de trois ans, accuse le chef de l’État congolais de haute trahison.
Fayulu accuse Tshisekedi de "haute trahison" et soutient que le processus de Nairobi a pour but de valider les nouvelles frontières du Rwanda
Fayulu accuse Tshisekedi de « haute trahison » et soutient que le processus de Nairobi a pour but de valider les nouvelles frontières du Rwanda

C’était attendu ou presque. Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle en RDC en 2018, Martin Fayulu multiplie une série d’accusations contre Félix Tshisekedi. Cette fois, l’opposant va plus loin. Réagissant à la situation dans l’est du pays suite à la résurgence du mouvement rebelle du 23 mars (M23), il affirme que le président est coupable de la plus haute offense : Il a trahi le pays qu’il dirige, selon lui.

« J’accuse M. Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo de haute trahison. M. Félix Tshisekedi et ses mentors cherchent cyniquement et désespérément un argument électoral et à conserver le pouvoir », a déclaré mercredi dans la capitale Kinshasa l’opposant et ancien candidat à la présidence Martin Fayulu.

L’homme politique affirme qu’ayant constaté que Félix Tshisekedi ne pourra pas gagner les élections de 2023, « ses parrains sont venus à son secours en imposant à la RDC une guerre qu’il devrait gagner à temps, pour lui donner l’occasion de se présenter comme le sauveur de la population congolaise qui ne jure que par la paix ». D’après lui, le président aura « gagné » la guerre mais les territoires conquis par le M23 resteront rwandais et le Rwanda aura étendu ses frontières.

Pour le président de l’Ecide, la situation que traverse le pays en ce moment ne pourrait pas être plus grave. « Il y a péril en la demeure, et si nous ne faisons pas attention, nous risquons d’être les derniers Congolais à avoir vécu en RDC dans ses frontières actuelles. Aujourd’hui, comme par le passé, des éléments des armées rwandaise et ougandaise, regroupés dans une unité appelée M23, sèment la mort et la désolation au Nord-Kivu, notamment à Bunagana, Kiwanja, Rutshuru, Rubare, Rumangabo, Rugari… Ils avancent maintenant vers Goma », alerte Martin Fayulu.

L’opposant au régime actuel soutient que cette situation a entraîné un exode massif de personnes qui sont venues s’ajouter aux plus de 6 millions de déplacés internes déjà enregistrés dans l’est du pays, abandonnés et sans assistance, victimes de violations massives des droits de l’homme.

« Il va sans dire que la RDC souffre de cette situation depuis la première agression du Rwanda et de l’Ouganda sous le label de l’AFDL en octobre 1996. Depuis lors, le président du Rwanda, M. Paul Kagame, s’est érigé en faiseur des différents présidents qui se sont succédé à la tête de la RDC. C’est inacceptable ! Les conséquences de la crise de légitimité et du déni de souveraineté qui en découle se font sentir aujourd’hui », ajoute-t-il, déplorant que le Rwanda et l’Ouganda s’amusent à déstabiliser la partie orientale de la RDC, une situation qui, selon lui, s’étend à d’autres parties du territoire national, notamment à Mai-Ndombe et à Kwilu.

Martin Fayulu affirme que cette déstabilisation est rendue possible par l’infiltration de toutes les institutions de la République. Et pour mieux contrôler la RDC, ses ennemis l’ont fait entrer dans la Communauté d’Afrique de l’Est. « Ce n’est plus un secret pour personne que M. Tshisekedi est arrivé au pouvoir grâce à M. Kabila et M. Kagame », maintient l’opposant, se demandant quelle serait la motivation profonde de M. Kagame, aujourd’hui, pour attaquer M. Tshisekedi alors que ce dernier a reconnu lui avoir tout donné.

« Pourquoi M. Tshisekedi n’a jamais pointé du doigt directement M. Kagame et le désigné comme le principal responsable de cette agression ? Le discours est bon mais qui est responsable du génocide congolais (plus de 10 millions de morts depuis 1993) et des 6 millions de déplacés internes ? Pourquoi le gouvernement de M. Tshisekedi n’a-t-il jamais demandé au Conseil de Sécurité des Nations Unies de déclarer le Rwanda comme pays agresseur de la RDC ? Pourquoi n’y a-t-il jamais eu de plainte auprès de la Cour Internationale de Justice (CIJ) ?” sont autant des questions soulevées par Martin Fayulu. Selon lui, il est urgent de rappeler que, lors de l’agression de la RDC par le Rwanda en 1998, le gouvernement de l’époque avait déposé une plainte auprès de la CIJ, pour actes d’agression, contre le Rwanda et l’Ouganda.

Concernant les négociations de Nairobi, Martin Fayulu, qui rejette en bloc ce processus, affirme que les agresseurs ont décidé de mettre autour de la même table le M23 et le gouvernement de fait de la RDC pour appliquer, selon lui, une fois de plus, « la recette de l’infiltration des institutions congolaises, par l’intégration et le mélange ». « En réalité, le processus de Nairobi est un processus de validation des nouvelles frontières des territoires conquis en RDC par le Rwanda. Dans ce deal de Nairobi, il est attendu que Monsieur Tshisekedi ramène un accord de cessez-le-feu qui, malheureusement, aura consacré l’occupation », déclare le président national de l’Ecide qui le qualifie de fait accompli de l’occupation. M. Fayulu soutient également que c’est le véritable but de la guerre imposée à la RDC par le Rwanda à travers le M23. Il affirme entre autres que le Président Tshisekedi a signé de nombreux accords avec les pays qui agressent le pays et qu’aucun de ces accords n’a été révoqué.

La Rédaction

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
14 ⁄ 14 =


error: Content is protected !!