Sécurité

Insécurité au Nord-Kivu : Qui contrôle réellement Bunagana, la cité frontalière entre la RDC et l’Ouganda ?

Congo Rassure Share

Insécurité au Nord-Kivu : Qui contrôle réellement Bunagana, la cité frontalière entre la RDC et l’Ouganda ?


Après d’intenses combats entre les forces congolaises et le M23, clairement soutenu par l’armée rwandaise, à moins de 5 kilomètres de Bunagana (Rutshuru), plusieurs sources de la société civile locale affirment que les rebelles contrôlent cette entité stratégique.

Insécurité au Nord-Kivu : Qui contrôle réellement Bunagana, la cité frontalière entre la RDC et l’Ouganda ?

Depuis les premières heures de ce lundi, des rumeurs circulent sur la toile en République démocratique du Congo. Alors que d’intenses combats ont eu lieu toute la nuit dans la cité très stratégique de Bunagana, et que les FARDC affirment qu’elles en ont toujours le contrôle, d’autres sources affirment le contraire et parlent de plusieurs victimes.

En effet, l’armée congolaise aurait été contrainte de se retirer, selon plusieurs sources de la région qui révèlent que les combats se sont intensifiés lorsque l’armée ougandaise serait passée par Kibaya pour couper la route aux FARDC à Premidis vers 20 heures, heure de l’Est du pays. “Les soldats congolais qui étaient encerclés par les ennemis à Bunagana ne pouvaient plus rien faire”, selon la société civile de Jomba.

Ce nouveau développement de l’implication présumée de l’Ouganda avec le M23 et le Rwanda, appuie les soupçons fondés de nombreuses sources sécuritaires selon lesquelles les rebelles et leurs alliés naturels, ont été rejoints sur le terrain par les forces spéciales ougandaises.

“C’est la semaine dernière que nous avons assisté à un semblant d’une marche de santé entre les deux armées (ougandaise et congolaise). Aujourd’hui, personne ne peut nous dire ce qu’il va se passer depuis les forêts de Beni, et ce que va faire le fils de Museveni qui veut défendre son oncle […] La RDC est prise à son propre piège de bonne foi face à ses deux deux bourreaux”, commente à ce sujet un ancien député du Nord-Kivu. Cet ancien élu estime qu’il est temps que Kinshasa mette fin à la mutualisation des forces congolaises et ougandaises au Nord-Kivu car les Ougandais ne sont pas dignes de confiance.

Par ailleurs, l’ancien gouverneur de l’Ituri, Jean Bamanisa Saidi, pour sa part appelle à la prudence quant à l’entrée présumée de l’armée ougandaise dans l’équation. “Les structures autorisées peuvent donner les bonnes et vraies informations. Attention à la guerre des médias et des informations qui peut nous conduire à une escalade incontrôlée. Il est urgent de réunir les parties autour d’une table, les cadres existent », réagit l’homme politique.

Pour l’instant, Kinshasa ne réagit pas à cette situation confuse, bien que les rebelles aient été vus et photographiés portant de nouvelles tenues militaires de l’armée rwandaise-RDF ainsi que celle de l’armée ougandaise-UPDF et surarmés dans les artères de Bunagana. Toutefois, selon certaines indiscrétions, un communiqué officiel sera publié dans les prochaines heures.

Par la Rédaction
Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
9 × 9 =


error: Content is protected !!