ActualitéSociété

Ituri : Les violences continuent de dégrader les conditions de vie des populations civiles (UNOCHA)

UNOCHA
Congo Rassure Share

Ituri : Les violences continuent de dégrader les conditions de vie des populations civiles (UNOCHA)


Par Lwanzo K. –CongoRassure

Dans une note d’informations publiée ce 23 juin 2021 par le Bureau de l’ONU pour la coordination humanitaire (UNOCHA), cette organisation de la mission onusienne indiquent que la persistance des violences dans la province de l’Ituri continuent de dégrader les conditions de vie des populations civiles locales.

Par ailleurs, l’organisation note trois faits saillants , notamment le taux élevé de mortalité maternelle dans la province, des nouveaux déplacements de population dans la zone de santé de Fataki ainsi que la détérioration continue de la situation sécuritaire dans la zone de santé de Boga.

« La mortalité maternelle reste préoccupante dans la province de l’Ituri. Au moins cinq femmes sont décédées lors de l’accouchement entre le 24 et le 30 mai dans la zone de santé de Gety » révèle le document publié.

L’OCHA indique que depuis le début de l’année au 06 juin, la Division provinciale de la santé (DPS) de l’Ituri a rapporté « 106 décès maternels contre 68 à la même période de 2020, soit une augmentation de 56 % ».

Cependant l’ONG annonce que les autorités sanitaires alertées par ces chiffres, afin de trouver la solution au problème, ont recommandé à la DPS de mettre sur pied une commission pour analyser les causes de ces décès et proposer des pistes de solution.

OCHA qui revient sur la question des déplacés, rappelle que depuis le 12 juin dernier, la localité de Fataki, à 85 km au Nord de Bunia, et ses périphéries sont le théâtre d’affrontements entre l’armée congolaise et un groupe armé depuis le 12 juin. Au delà des morts enregistrés durant ces différentes attaques, OCHA note qu’il a été signalé sur place des mouvements importants de la population vers des milieux jugés sécurisés.

« Plus de 8 000 autres personnes se sont déplacées à proximité d’un camp de la MONUSCO à Djaiba dans le territoire de Djugu. Cette population s’ajoute à plus de 2 000 autres personnes présentes à cet endroit depuis avril 2021« . Selon  l’ONG, Ces personnes déplacées ont besoin de nourriture, abris, ax articles ménagers essentiels, l’eau potable ainsi que de latrines hygiéniques.

L’organisation de la mission onusienne déplore le fait que les civils continuent q être victimes d’exactions d’hommes armés à Boga et environs .  » La situation continue de se détériorer dans la zone de santé de Boga, dans le territoire d’Irumu. Des hommes armés ont lancé de nouvelles attaques le 7 et 8 juin dans la localité de Boga. Au moins 10 civils ont été tués lors de ces attaques. L’hôpital général de Boga a été incendié, privant ainsi près de 80 000 personnes de la zone de santé de l’accès aux soins de santé » , a rappelé L’OCHA qui reprend la réaction du Coordonnateur humanitaire en RDC, condamnant l’attaque et interpellant les parties en conflits de la neutralité des structures médicales en temps de guerre.

Il sied de noter que les données reprises dans la note d’informations humanitaires publiée par l’UNOCHA couvrent la période allant du 7 au 15 juin 2021.

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
28 − 26 =


error: Content is protected !!