ActualitéSociété

Ituri : Ras-le-bol des déplacés du site de Tchere après près de 9 mois sans assistance humanitaire

Congo Rassure Share

Par Marcus Jean Loika

Les déplacés de guerre hébergés au site de Tchere à près de 10km de Bunia déplorent les conditions dans lesquelles ils vivent depuis plusieurs mois.

Dans une interview accordée au reporter de Congorassure dans la région, ces vulnérables disent être abandonnés par les humanitaires car ils n’ont reçu aucune assistance depuis près de 9 mois.

Estimés à plus de 720 ménages, ces déplacés lancent un SOS à Caritas, espérant une suite favorable. “Nous avons fait presque 9 mois sans assistance,  actuellement nous n’avons rien à manger et surtout les plus vulnérables comme les handicapés et les personnes de 3ème âge.” L’un des déplacés abordés indique qu’ils ont enregistré plusieurs décès d’enfants mal nourris. Il indique aussi que certains ménages manquent des abris, et qu’ils n’ont pas accès aux soins médicaux. “Nous demandons à nos autorités mais aussi aux humanitaires de nous venir en aide », a t-il supplié.

Contactée, l’Organisation Non Gouvernementale CARITAS, qui gère ce site,  reconnait les faits. D’après Rodolphe Ndjango , le chargé de projet et de gestion du site au sein de Caritas, le problème réside au niveau des partenaires , surtout de ceux qui sont en charge de l’alimentation de ces déplacés. “Nous intervenons encore sur le site. Mais ces déplacés se plaignent beaucoup plus pour l’assistance en vivres. Effectivement, depuis un bout de temps déjà, le site ne reçoit plus d’assistance. Mais nous, comme gestionnaire du site, nous avons joué pleinement notre rôle.”

Rodolphe Ndjango explique qu’ils ont identifié les besoins des déplacés qui étaient non couverts dans le site et les ont partagés avec d’autres instances humanitaires, pour la mobilisation des ressources.

Signalons que la gestion du site devient un vrai casse-tête dans la province de l’Ituri. L’augmentation quasi quotidienne des déplacés suite à la dégradation de la situation sécuritaire ne rend aucunement la tâche facile aux humanitaires. La pandémie de la Covid-19 n’a également pas encore dit son dernier mot dans la région. 

 

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
21 + 4 =


error: Content is protected !!