Actualité

Ituri : Une déplacée ayant tout perdu pendant les atrocités dans son village plaide pour une assistance humanitaire (campagne CICR)

Congo Rassure Share

Ituri : Une déplacée ayant tout perdu pendant les atrocités dans son village plaide pour une assistance humanitaire (campagne CICR)


Alors que la situation humanitaire reste chaotique sur le terrain dans la province de l’Ituri, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) appelle à un accès humanitaire sans restriction dans la région afin de venir en aide aux personnes dans le besoin et à celles qui ont été poussées de quitter leurs maisons suite à une insécurité persistante.
Ituri : Une déplacée ayant tout perdu pendant les atrocités dans son village plaide pour une assistance humanitaire (campagne CICR)
Image d’illustration. ©CICR.

La situation humanitaire en Ituri est catastrophique. Il y a tout lieu de craindre que la situation continue de se détériorer, compte tenu du manque d’accès des organisations humanitaires nationales et internationales aux zones occupées par les déplacés au regard de la persistance de l’insécurité et des multiples attaques contre les travailleurs humanitaires.

Pour mettre en lumière ce défi, le CICR a voulu faire entendre la voix des déplacés afin de ramener à la raison les membres des différents groupes armés impliqués dans le conflit qui n’hésitent pas à s’attaquer aux travailleurs humanitaires, même si cela est contraire au droit international humanitaire.

Voici encore le témoignage d’une autre personne déplacée sur le calvaire qu’elle vit sur le terrain en raison du manque d’assistance humanitaire :

« Je viens du village de Malili vers Pokela. Je suis arrivée à Bunia à cause de la guerre. Nous nous sommes enfuis, ensemble avec mes deux enfants, leur père et six petits-enfants. Quand les rebelles sont arrivés dans notre village, ils ont tué le chef et toute sa famille. Alors nous avons fuis et ils nous ont pourchassés très loin dans la forêt. On n’avait même pas le temps de prendre quelque chose. Arrivé à Kunda, nous nous sommes reposés un peu avec les enfants, car l’endroit était encore calme. Notre plus grande peur était de croiser la route des rebelles. Aucun enfant perdu sur le trajet. Seulement, nous avons perdu tous nos biens. Chacun s’est enfui seulement avec l’habit qu’il portait. Maintenant, ce sont différentes organisations qui nous viennent en aide ici. Voilà, la situation actuelle est devenue encore pire. Que les humanitaires nous amènent des provisions, car nous n’avons plus rien. »

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
14 + 6 =


error: Content is protected !!