Actualité

Jonas Kasimba penche pour l’utilisation simultanée de la force et de la diplomatie pour venir à bout du M23

Congo Rassure Share

Jonas Kasimba penche pour l’utilisation simultanée de la force et de la diplomatie pour venir à bout du M23


Mettre fin à l’aventure du mouvement du 23 mars est au cœur des préoccupations majeures en République démocratique du Congo depuis plusieurs semaines. Au-delà de l’approche militaire déjà appliquée sur le terrain au Nord-Kivu, le président congolais Félix Tshisekedi a entamé une approche diplomatique avec respectivement les sommets de Nairobi et de Luanda. La seconde rencontre s’est clôturée mercredi.

Jonas Kasimba penche pour l'utilisation simultanée de la force et de la diplomatie pour venir à bout du M23

Malgré la réticence de plusieurs politiques congolais, craignant manifestement l’inefficacité de l’approche diplomatique au regard du passé récent et lointain entre la République démocratique du Congo et son voisin le Rwanda, certains acteurs de la société soutiennent le choix opéré par le chef de l’Etat, celui de prendre en compte les deux fronts.

C’est le cas notamment de l’homme politique Jonas Kasimba. Ce natif du Nord-Kivu estime que face à l’incorrigibilité du pays de Paul Kagame, Kinshasa doit appliquer la théorie du bâton et de la carotte. En effet, il explique que certains pays en situation de conflit, comme c’est le cas de la RD Congo et du Rwanda, peuvent régler leurs différends au même moment par des approches militaires et diplomatiques.

« Devant un âne qui a du mal à avancer, donnez-lui une carotte comme récompense et donnez-lui aussi un coup de bâton. Dans les deux cas, il avancera », explique l’homme politique. « Le commandant suprême des Forces armées congolaises l’a dit, nous avons besoin d’une paix totale » lâche-t-il.

D’après J. Kasimba, dans le cas spécifique de ces deux pays voisins, la carotte est le dialogue qui a eu lieu lors du mini-sommet de Luanda, organisé par le président angolais sous la facilitation de la communauté internationale. Pour lui, c’est une manière de faire croire au Rwanda qu’il peut être à l’aise afin de le pousser à dévoiler son jeu. L’autre approche est celle du bâton. Selon lui, pour cette approche, l’armée congolaise doit frapper durement le Rwanda et ses alliés sur le champ de bataille si Kigali ne veut pas retirer ses troupes du territoire congolais.

Par ailleurs, il faut noter qu’au lendemain de la tripartite de Luanda sur la tension entre la RDC et le Rwanda accusé de soutenir militairement les rebelles du M23, les combats ont repris entre les belligérants à Kanyabusoro, en territoire de Rutshuru. Certaines sources locales indiquent que les rebelles contrôleraient déjà certaines localités de la zone, poussant la population à fuir vers des agglomérations jugées relativement calmes, notamment les localités de Buvunga, Katale et Rugari. Toutefois, ces informations n’ont pas encore été confirmées par l’armée régulière qui jusque-là n’a livré aucune information sur l’avancée des opérations sur le terrain.

KMC, KINSHASA
Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
15 ⁄ 3 =


error: Content is protected !!