Actualité

Journée internationale de la paix à Lubumbashi : « Le vivre-ensemble serait menacé avec les élections de 2023 » (Bettin Tshoz)

Congo Rassure Share

Journée internationale de la paix à Lubumbashi : « Le vivre-ensemble serait menacé avec les élections de 2023 » (Bettin Tshoz)


En marge de la célébration de la journée internationale de la Paix, célébrée chaque 21 septembre, le cadre de concertation de la société civile dans le Haut-katanga, le Team Leader de la gouvernance sécuritaire et paix, a appelé les autorités à redoubler les efforts car « le vivre-ensemble serait menacé avec les élections de 2023 ».
Journée internationale de la paix à Lubumbashi : "Le vivre-ensemble serait menacé avec les élections de 2023" (Bettin Tshoz)
Journée internationale de la paix à Lubumbashi : « Le vivre-ensemble serait menacé avec les élections de 2023 » (Bettin Tshoz)

Lors d’une conférence débat animée à l’occasion de cette journée, avec comme pour thème: « comment solder la paix en République démocratique du Congo », particulièrement dans le Haut-katanga, Bertin Tshoz, a exhorté les autorités provinciales, à consolider le vivre-ensemble entre communautés, très menacé avec l’organisation des prochaines élections de 2023, en République démocratique du Congo.

Conflits entre militants de partis politiques, bagarres entre policiers et motocyclistes (les wewas), Bertin Tshoz pense qu’on n’est pas loin de l’embrassement de la situation.

« Du côté de la société civile, nous continuons de sensibiliser la population, les communautés dans le Haut-katanga. Nous lançons un appel aux personnes qui voudront vivre dans la paix, pour qu’elles soient solides, en nous aidant avec les moyens étant donné que la société civile n’en dispose pas assez. De nous aider afin que nous continuons à sensibiliser les communautés et vulgariser les recommandations issues de la table ronde interprovinciale entre les deux espaces, Grand-Kasaï et Grand-Katanga », souligne-t-il.

Les sensblisations et les appels au calme ne sont pourtant pas, les premières stratégies de cette structure citoyenne du Haut-katanga. Mais, Bertin Tshoz refuse d’endosser l’échec de sa structure au cas où la situation s’embrasser.

« La société civile qui a pour rôle de consolider la paix entre les communautés, rappelle qu’elle continue de faire ce plaidoyer auprès de l’autorité établie, en rapport aux recommandations issues de la conférence des gouverneurs de l’espace du Grand-Katanga et le Grand Kasaï, pour que les communautés vivent dans le pays ».

Bertin Tshoz dit clairement, « d’après le profilage ou le tableau que nous nous sommes retracés, avec l’approche des élections de 2023, nous nous approchons petit à petit de la zone turbulence dans le Haut-Katanga. Il y aura certes conflits entre jeunes issus des parties politiques, des bagarres … tout cela va inquiéter la quiétude des populations dans la ville de Lubumbashi, si nous ne prenons pas de précautions ».

Adrien Ambanengo | Lubumbashi

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
14 − 10 =


error: Content is protected !!