ActualitéPolitique

Kabund appelé à s’expliquer devant la Commission nationale de discipline de l’UDPS

Congo Rassure Share

Kabund appelé à s’expliquer devant la Commission nationale de discipline de l’UDPS


Faisant suite à l’annonce de sa démission au poste du premier Vice-président de l’Assemblée Nationale, Jean-Marc KABUND-A-KABUND, alors Président intérimaire de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social UDPS/TSHISEKEDI, a été convoqué le Dimanche 23 Janvier par la Commission Nationale de Discipline CND de sa famille politique.

Kabund appelé à s’expliquer devant la Commission nationale de discipline de l’UDPS

Cette convocation intervient juste après une réunion de crise tenue au siège du parti, convoquée par son Sociétaire Général Augustin Kabuya dont l’issue n’est encore connue jusque-là, et après plusieurs déclarations de différentes fédérations de l’UDPS à travers le pays, désavouant Jean-Marc KABUND.

Dans ce document de convocation, dont CongoRassure.cd possède une copie, se référant aux articles 65-66 des statuts ; 64-68 du Règlement Intérieur de la CND, il est reproché à Kabund de s’être présenté, en date du 08 Mars 2019, à la ferme de l’ancien président de la République Joseph KABILA .

Sur place, selon la convocation, il s’est autoproclamé Informateur, en signant le communiqué conjoint FCC-CACH avec Néhémie MWILANYA WILONDJA. Ce qui a accordé la majorité au FCC « qui n’était ni un regroupement ni un parti politique reconnu par la Commission Nationale Électorale Indépendante CENI ».  Cela avait empêché au Chef de l’Etat nouvellement investi d’appliquer l’article 78 alinéa 3 de la Constitution, écrit la CND.

Outre cela, la structure  chargée de la discipline au sein de l’UDPS indique que cette supercherie qui a été à la base de la crise Institutionnelle annoncée par Félix Tshisekedi au mois d’Octobre 2020, constitue un manquement grave à l’article 65 alinéa 10 des statuts de l’UDPS/TSHISEKEDI.

Par ailleurs, la convocation est revenue sur la journée du mercredi 08 Mai 2019. Alors qu’il était invité avec les autres membres du Directoire pour tenir la première séance du travail à la permanence du Parti appelé « le peuple d’abord »,  Kabund est accusé d’avoir « réquisitionné malicieusement les forces de l’ordre pour s’attaquer aux membres du Directoire ainsi qu’à tous les membres du Parti qui les accompagnaient, causant ainsi de très graves dégâts matériels et humains, conduisant même au vandalisme de la résidence d’ Étienne TSHISEKEDI WA MULUMBA ».

Cette violation aveugle de Jean-Marc kabund-à-Kabund viole gravement les articles 26 et 65 alinéa 5 et 11 des statuts du Parti…, peut-on lire dans cette convocation.

En plus de cela, du 17 Janvier 2019 jusqu’à ce jour, il est reproché à Jean-Marc KABUND d’avoir pris des décisions anti-statutaires, illégales et anarchiques du n°026/UDPS/PP/2019 jusqu’à la Décision n°002/UDPS/PP/2020 en se fondant sur le mandat spécial du 22 Janvier 2019 extorqué au Chef du Parti en violation des articles 26 et 65 alinéa 10 (abus où usurpation du pouvoir) et alinéa 11 (violation des statuts et Règlement Intérieur), et du reste, le fameux mandat spécial qui n’a jamais été validé ni par le Ministre de l’Intérieur (voire lettre n°201/000/SG/REPAP/2020du 26 Mai 2020), ni par les cours et tribunaux (voire l’arrêt de la cour d’Appel de Kananga).

Enfin, s’agissant du récent incident, En date du 12 Janvier 2022 sur l’avenue Poids Lourd à Kinshasa, il est reproché à Kabund d’avoir donné l’ordre à sa garde rapprochée, de se saisir d’un élément de la Garde Républicaine, lequel a été désarmé et publiquement humilié. Un autre acte de violation par ce dernier, qui a drainé une clameur publique et indigné l’opinion tant nationale qu’internationale.

De ce fait, la CND s’interroge si dans le chef de Jean-Marc kabund-à-Kabund, l’on peut se demander s’il est conscient de la dignité de ses hautes fonctions tant à l’Assemblée Nationale qu’au sein du Parti; s’il sait qu’attenter à la personne de la Garde Républicaine, c’est attenter à la personne du Président de la République, soulignant qu’il n’en était pas à son premier acte d’agression contre la même Garde Républicaine, se référant également à la vidéo qui retraçait la séquence de son agression commise au portail de la Résidence du Chef de l’Etat à la Cité de l’Union Africaine.

Qualifié d’un délinquant politique et d’un récidiviste avéré et non un homme d’Etat, et encore mois un haut cadre du Parti qui prône les valeurs que prône  l’UDPS/TSHISEKEDI suite à ses actes malveillants envers le Chef de l’Etat de manière préméditée, il lui est reproché d’avoir violé l’article 2 du code d’Ethique des membres du Parti, l’article 10 alinéa 5 et l’article 65 alinéas 3 et 5 des statuts du Parti.

La Commission Nationale de Discipline CND/UDPS précise que les griefs qui pèsent sur Jean-Marc kabund-à-Kabund n’ont pas tous été répertoriés dans la convocation. Elle cite notamment la mégestion calamiteuse du Parti dont la Commission Nationale de l’Audit pourra se charger à son tour.

Emmanuel MWENE
Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
15 ⁄ 5 =


error: Content is protected !!