Afrique

L’Ouganda confirme une épidémie d’Ebola après le décès d’un homme atteint du virus

Congo Rassure Share

L’Ouganda confirme une épidémie d’Ebola après le décès d’un homme atteint du virus


Les autorités ougandaises ont confirmé mardi l’existence d’une épidémie du virus mortel Ebola. Selon celles-ci, un jeune homme est mort du virus dans le centre de l’Ouganda lundi, et plusieurs de ses proches décédés au début du mois sont également soupçonnés d’avoir eu Ebola. Le gouvernement a envoyé une équipe d’intervention rapide dans la région pour enquêter.
L'Ouganda confirme une épidémie d'Ebola après le décès d'un homme atteint du virus
L’Ouganda confirme une épidémie d’Ebola après le décès d’un homme atteint du virus

Les responsables du ministère ougandais de la santé ont déclaré que le cas suspect d’Ebola a été identifié samedi dans un village du district central de Mubende. La secrétaire permanente du ministère, le Dr Diana Atwine, a précisé pour sa part qu’un homme de 24 ans avait été admis à l’hôpital pour une pneumonie et des diarrhées. Mais ses symptômes comprenaient également ceux du virus mortel – une toux sèche, une forte fièvre, des convulsions, des vomissements teintés de sang et des saignements des yeux. Et s’exprimant lors d’une conférence de presse mardi, M. Atwine a déclaré que l’équipe clinique et l’Institut ougandais de recherche sur les virus avaient effectué des tests de dépistage d’Ebola.

« Les résultats ont été publiés hier soir et ils ont confirmé Ebola, la souche soudanaise », a-t-elle déclaré. “Malheureusement, le 19 au matin, le patient dont la présence d’Ebola a été confirmée est décédé”.

Mme Atwine a par ailleurs déclaré que six des proches de l’homme décédé au début du mois – trois adultes et trois enfants de la même famille – pourraient également avoir été atteints d’Ebola. Selon le bureau ougandais de l’Organisation mondiale de la santé, huit autres personnes présentant des cas suspects sont traitées dans un établissement de santé.

Le ministère ougandais de la santé n’a pas encore identifié la source de l’infection, mais soupçonne un contact entre des animaux sauvages et des humains. Une équipe d’intervention rapide a été envoyée à Mubende pour enquêter, mettre en œuvre des mesures de contrôle et effectuer des tests rapides sur les contacts dans la communauté. Mais l’Organisation mondiale de la santé affirme qu’il ne sera pas possible de vacciner les personnes qui ont été en contact avec les personnes infectées ou un membre de leur famille, ce que l’on appelle la vaccination circulaire. Le Dr Bayo Fatunmbi, responsable de la prévention et du contrôle des maladies à l’OMS-Ouganda, a déclaré lors de la séance d’information qu’il n’existe actuellement aucun vaccin efficace contre la souche soudanaise d’Ebola.

« La vaccination en anneau qui a fonctionné avec le virus du Zaïre ne sera pas utile pour cette souche soudanaise particulière », a-t-il déclaré. « Mais il existe un autre type de vaccin, le Johnson and Johnson, qui est en cours de test [pour voir] s’il sera utile pour cette souche particulière ».

L’OMS qui affirme que la vaccination annulaire a été très efficace pour contrôler la propagation de la souche Zaïre lors des récentes épidémies d’Ebola en République démocratique du Congo, indique que la dernière flambée d’Ebola survenue en Ouganda en 2019 était de la souche Zaïre. La dernière fois que l’Ouganda a signalé l’épidémie relativement rare de la souche Soudan remonte à 2012.

Il est à noter que les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies aident l’Ouganda à faire face à cette dernière épidémie. Amy Boore, directrice du programme de protection de la santé mondiale des CDC, a déclaré aux journalistes qu’ils étaient prêts à aider l’Institut ougandais de recherche sur les virus. “Le siège des CDC est déjà en communication avec l’UVRI (Uganda Virus Research Institute) et l’aide déjà à élaborer des plans pour la poursuite et l’extension des tests et pour obtenir tout le soutien dont il a besoin pendant cette période”, a-t-elle déclaré.

Ebola est transmis par les fluides corporels et provoque une fièvre hémorragique qui tue jusqu’à 90 % des personnes infectées. Selon l’OMS, les taux de létalité pour le virus soudanais ont varié de 41 % à 100 % lors des précédentes épidémies.

La souche soudanaise d’Ebola, découverte au Soudan en 1976, est moins courante que la souche zaïroise, découverte la même année. La souche zaïroise d’Ebola a été nommée d’après le pays et la rivière où elle a été découverte, la rivière Ebola dans l’ancienne République démocratique du Congo (RDC).

Fin août, les autorités sanitaires de la RDC voisine ont déclaré une résurgence d’Ebola après avoir confirmé un cas dans la province orientale du Nord-Kivu. Il s’agissait de la quinzième épidémie enregistrée en RDC.

CongoRassure Avec VOA

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
19 − 2 =


error: Content is protected !!