ActualitéSécurité

LUBUMBASHI : Le CDHD et JUSTICIA Asbl déplorent les traitements « inhumains » qu’ont subi les présumés Bakata Katanga arrêtés par les FARDC

Une trentaine de civils libérés des mains des combattants ADF par l'armée loyaliste
Congo Rassure Share

LUBUMBASHI : Le CDHD et JUSTICIA Asbl déplorent les traitements «inhumains» qu’ont subi les présumés bakata Katanga arrêtés par les FARDC

Par Lwanzo K.Congorassure

Depuis quelques temps, la ville de Lubumbashi fait face à une insécurité sans nom dans plusieurs de ses communes. Plusieurs vols nocturnes par des hommes armés sont enregistrés, et une présence quasi récurrente des éléments présumés BakataKatanga signalée continuellement, au grand dam de la population locale.

Le porte-parole de la 22e Région militaire du Haut Katanga, a déclaré, le 23 avril dernier que les Forces Armées de la République Démocratique du Congo ont mis la main sur plusieurs individus qui troublaient la quiétude de la population et qui préparaient un assaut contre la ville de Lubumbashi. Une nouvelle, qui devrait alléger les soucis de plus d’un habitant.

Ce 29 avril 2021, deux organisations importantes de promotion et de défense des droits humains, le Centre de Défense des Droits de l’Homme et Démocratie (CDHD) ainsi que JUSTICIA Asbl, reviennent sur ces arrestations et les traitements qu’ont subi les différents incriminés.

« Des images d’une cruauté inacceptables contre ces personnes arrêtées ont été diffusées, certains étant ligotés et d’autres presque entièrement nues, ce qui démontre que ces personnes ont été victimes d’actes cruels, inhumains et dégradants » déplorent les deux organisations. Avant de souligner que d’autres personnes innocentes ont été arrêtées alors qu’elles n’étaient pas concernées par la préparation de l’attaque de Lubumbashi et, malheureusement, elles ont été mêlées aux groupes des malfaiteurs.

Le CDHD et JUSTICIA Asbl saluent tout de même ces multiples arrestations et surtout, « l’acte de vigilance des autorités dans la protection la population » ainsi que « l’amélioration de la situation sécuritaire dans la province du Haut Katanga, en général et plus particulièrement la ville de Lubumbashi».

Cependant, ils exigent aussi l’interpellation de toutes les personnes qui n’ont pas respecté les normes et principes relatifs aux personnes arrêtées.

Les deux organisations exigent également l’interpellation de toute personne qui seraient impliquées dans la pratique des actes cruels, inhumains et dégradants à leur encontre , ainsi que la libération immédiate et sans conditions de toutes les personnes qui ne sont pas directement concernées par les attaques bien déjouées par les services de sécurité.

Au total quarante-sept personnes, jugées malveillantes et dangereuses ont été arrêtées dans la commune de Ruashi et un deuxième groupe de 35 personnes faisant également partie d’un réseau nocif a été appréhendé au quartier Kamasaka. Les membres de ces groupes sont présumés  faire partie de la milice de Bakata Katanga de Gédéon Kyungu. Les deux importantes arrestations ont eu lieu au chef-lieu du Haut-Katanga, Lubumbashi, dans la nuit du 17 au 18 avril passée. 

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
25 − 14 =


error: Content is protected !!