Actualité

Manifestations anti-MONUSCO : La population manifeste contre l’inaction, l’inefficacité et l’échec total de la mission, explique un député du Nord-Kivu

Congo Rassure Share

Manifestations anti-MONUSCO : La population manifeste contre l’inaction, l’inefficacité et l’échec total de la mission, explique un député du Nord-Kivu


Les grandes agglomérations des provinces du Nord et du Sud-Kivu sont secouées depuis plusieurs jours par des manifestations contre la Mission des Nations Unies au Congo (MONUSCO). Les manifestants réclament le départ de la mission de la RDC qui, selon eux, a échoué dans sa mission.

Manifestations anti-MONUSCO : La population manifeste contre l'inaction, l'inefficacité et l'échec total de la mission, explique un député du Nord-Kivu

Cette lecture est également faite par le député élu du Nord-Kivu, Jean-Baptiste Kasekwa. Cet élu national et opposant au régime Tshisekedi affirme que la population du Nord-Kivu s’est exprimée par des manifestations violentes contre la MONUSCO suite à une exaspération face à l’absence de paix et de sécurité.

Jean-Baptiste Kasekwa, qui soutient qu’une accumulation de frustrations et le silence de la communauté internationale ont poussé les manifestants à descendre dans la rue, pointe du doigt l’inaction, l’inefficacité et l’échec total de la mission de l’ONU en RDC.  Pour lui, s’y ajoutent les frustrations liées aux fortes restrictions de la liberté d’expression par l’état de siège qui pourtant demeure improductif jusqu’à preuve du contraire.

L’élu de Goma, souligne également que ce n’est pas la première fois que la population réclame le départ de la MONUSCO, car il explique que déjà en 2019, dans la ville de Beni, la base de la mission et la mairie avaient été partiellement incendiées par des manifestants en colère qui réclamaient la même chose. Ces manifestations n’ont reçu aucune réponse et une réunion tripartite entre le gouvernement, la société civile et la Monusco a également été refusée par Kinshasa, déplore-t-il. Il estime que les manifestations organisées ces dernières années pour exiger le départ de la MONUSCO ont coûté la vie à au moins 80 personnes à ce jour.

Pour ce député national, il faut également tenir compte du bilan très lourd des tueries dans l’ITURI et le Nord-Kivu pour comprendre les raisons de la colère des Congolais, « La population croyait qu’avec le départ de Kabila tout allait changer. Mais au grand dam de tous, le nombre de morts n’a cessé d’augmenter. Il était de 914 personnes tuées en 2018, 1070 civils tués en 2019, en 2020 il était de 1569 tués. Avant l’état de siège 373 personnes ont été tuées selon le baromètre du Kivu. Et selon un député de Butembo, 4953 civils ont été tués en presque un an d’état de siège ».

Il rappelle également que ces manifestations interviennent juste après que les opérateurs économiques de Beni-Butembo, qui ont perdu plus de 200 véhicules brûlés par les rebelles alors qu’ils contenaient des marchandises, aient lancé une grève pour exprimer leur frustration et pris la décision de suspendre les mouvements d’importation et d’exportation. Les raisons sont donc multiples et légitimes, selon lui. Le député, qui condamne tout acte de violence, explique que le gouvernement et la MONUSCO doivent œuvrer pour mettre fin aux tueries, notamment en s’attaquant aux causes afin d’apaiser les frustrations de la population.

Se basant sur les confidences de certains manifestants, le député national Kasekwa indique qu’une des raisons qui poussent les manifestants à demander le départ de la MONUSCO est de mettre également le gouvernement et l’armée devant leurs responsabilités car ils abandonnent souvent une parcelle de leurs devoirs à la mission de l’ONU.

La situation reste tendue dans les deux Kivus entre les manifestants qui demandent le départ des casques bleus de la MONUSCO et ces derniers . Bien qu’un calme relatif est observé ce vendredi dans plusieurs zones, la méfiance est palpable entre les deux parties. Le bilan de ces manifestations, qui ont tourné à l’émeute, est tragique. Plusieurs morts et blessés ont été signalés.

KMC, Kinshasa

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
15 + 7 =


error: Content is protected !!