Sécurité

Masisi : Les ex-combattants de différents groupes armés demandent leur intégration dans les FARDC

Congo Rassure Share

Masisi : Les ex-combattants de différents groupes armés demandent leur intégration dans les FARDC


Les anciens combattants qui ont accepté de déposer les armes dans le respect du processus de paix initié par le président congolais Félix Tshisekedi et qui se trouvent au centre de regroupement du territoire de Masisi demandent à être intégrés dans les forces loyalistes de la RDC pour servir sous le drapeau national.
Masisi : Les ex-combattants de différents groupes armés demandent leur intégration dans les FARDC
Les ex-combattants de différents groupes armés demandent leur intégration dans les FARDC

Cette demande a été faite par le président des démobilisés du territoire le mercredi 16 novembre. BAHATI MITHONDEKE, en présentant ce vœu, rassure qu’un grand nombre de démobilisés sont retournés en brousse pour réintégrer leurs groupes armés ou tout simplement en créer de nouveaux, faute d’un meilleur encadrement et soutien du gouvernement congolais.

Il estime donc que la meilleure façon de soutenir ceux qui ont enduré ce processus, estimé à environ deux cents personnes, hommes et femmes confondus, malgré les défauts de ce programme, serait de les intégrer dans les Forces armées de la République démocratique du Congo.

L’objectif de BAHATI MITONDEKE est d’éviter que ces ex-combattants ne rejoignent les forces qui déstabilisent la province du Nord-Kivu, alors qu’ils pourraient être utiles à la Nation congolaise. Il affirme également que la quasi-totalité de ces ex-combattants est favorable à toute proposition d’intégration officielle dans l’armée pour aider les autres à combattre toutes les rébellions qui déstabilisent l’Est du pays.

Il convient de rappeler que pas plus tard qu’en juillet de cette année, environ sept cents ex-combattants provenant de différents territoires du Nord-Kivu, stationnés dans le site de démobilisation de Mubambiro, situé à plus de vingt kilomètres au nord de Goma, ont déserté ce lieu pour une destination inconnue, après leur soulèvement contre leur traitement, jugé inhumain, depuis leur arrivée dans ce site, alors qu’ils avaient déjà reçu leur certificat de démobilisation.

Diddy MASTAKI, Goma

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
19 + 9 =


error: Content is protected !!