Société

Masisi : Homosexualité acceptée et ordination des femmes à partir de 2023, un groupe de croyants proteste contre la nouvelle doctrine de l’église néo-apostolique

Congo Rassure Share

Masisi : Homosexualité acceptée et ordination des femmes à partir de 2023, un groupe de croyants proteste contre la nouvelle doctrine de l’église néo-apostolique


Un vent nouveau vient de souffler sur la communauté de l’église néo-apostolique du territoire de Masisi ce dimanche 20 novembre 2022 lors du culte dominical. A l’origine de cette situation, un changement de doctrine en vue.
Masisi : Une nouvelle faction des chrétiens proteste la nouvelle doctrine de l’église Neo-apostolique
Une nouvelle faction des chrétiens proteste la nouvelle doctrine de l’église Neo-apostolique

Un groupe de membres dissidents a claqué la porte de l’église néo-apostolique, disant protester contre la pratique de l’ordination des femmes et l’autorisation du mariage pour tous introduite dans cette confession religieuse. L’annonce de ce nouveau revirement a été faite dans un enregistrement du président patriarche Jean Luc Schneider le 30 septembre 2022.

Des sources crédibles au sein de cette église soulignent que certains d’entre eux se sont tout simplement retirés du culte pour se réunir dans le grand hall des locaux administratifs du territoire de Masisi, qualifiant de démoniaques les décisions prises par l’apôtre patriarche, celles autorisant l’ordination des femmes et l’homosexualité au sein de l’église.

Selon BUINGO KAMBIYA Josias, prêtre de la nouvelle église néo-apostolique dite authentique, accepter l’introduction de ces décisions dans l’église va à l’encontre des écritures divines.

« Il est inacceptable de se plier à cette décision de l’apôtre patriarche. En plus d’être contraire à nos coutumes, elle est aussi contre la volonté de Dieu, contre la Sainte Bible. Nous ne pouvons pas vivre dans un silence coupable ; nous devons donc rester authentiques et vivre selon ce que le Seigneur veut de nous », a-t-il déclaré.

Ce n’est pas la première fois que cette église connaît des turbulences. Le 27 janvier 1863, l’Église catholique-apostolique s’est séparée d’une assemblée qui allait devenir l’Église néo-apostolique. L’Église néo-apostolique vient à son tour de s’épanouir suite à la tolérance de l’homosexualité et à la probable autorisation en 2023 des femmes dans le ministère spirituel.

En effet, le 30 septembre 2022, le président mondial de l’Église néo-apostolique, Jean Luc Schneider, dans une vidéo d’environ 21 minutes, a abordé le thème :  » Les femmes dans le ministère spirituel « , une pratique peu habituelle dans l’Église néo-apostolique. Vers la fin de son message aux fidèles de son église, le président mondial les a informés de la nouvelle doctrine, à savoir que désormais, à partir de 2023, les femmes seront ordonnées à tous les niveaux ministériels, à savoir : le diaconat, la prêtrise et l’apostolat.

Suite à cette information, les fidèles, surtout en Afrique, ont commencé à protester en allumant des feux dans les différentes chapelles, interdisant la tenue des services divins (cultes). Voyant cela, les autorités ecclésiastiques ont mis en place des mesures de sécurité pour empêcher les manifestations de ces fidèles révoltés.

Se sentant incapables d’exprimer leur voix, les fidèles et certains serviteurs juniors rebelles ont créé des rassemblements où ils ont commencé à prier sans autorisation hiérarchique.

C’est le 26 octobre 2022 que Christophe Kabongo, un apôtre travaillant dans l’Eglise néo-apostolique de la ville de Kinshasa, a réalisé une vidéo de 8 minutes. Au cours de cette vidéo, il a pris trois décisions : rompre avec l’Église néo-apostolique internationale, conserver son ministère d’apôtre et créer une nouvelle structure appelée l’Église néo-apostolique authentique.

Christophe Kabongo a officié le premier service divin de la nouvelle structure le 30 octobre 2022 au stade Cardinal Malula, où il a prêché à quelque 8 000 personnes en personne et environ 4 000 en ligne. En dehors de ceux de Kinshasa, aujourd’hui dirigés par Christophe Kabongo, d’autres rassemblements existent également dans d’autres villes et pays. Certains veulent rejoindre le camp de Christophe pour continuer le travail dans ce qu’ils considèrent comme le recours à l’authenticité.

Cela a également créé un tollé parmi les fidèles de cette église à Goma ainsi que dans toute la province. La majorité de ces chrétiens rejettent cette future pratique qui ne répond pas à leurs convictions culturelles et religieuses.

Diddy MASTAKI, Goma

 

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
8 × 9 =


error: Content is protected !!