Actualité

MONUSCO : Une page qui doit être tournée progressivement, selon Jonas Kasimba, mais sans violence

Congo Rassure Share

MONUSCO : Une page qui doit être tournée progressivement, selon Jonas Kasimba, mais sans violence


Les habitants de plusieurs agglomérations du Nord-Kivu ont multiplié ces derniers jours des manifestations, dont certaines ont donné lieu à des violences meurtrières. Les manifestants exigent le départ de la mission onusienne de la République démocratique du Congo.

MONUSCO : Une page qui doit être tournée progressivement, selon Jonas Kasimba, mais sans violence

Face aux dissensions croissantes entre la population et les éléments de la MONUSCO, plusieurs organisations non gouvernementales et notables du Nord-Kivu ont uni leurs forces pour condamner tout type de violence.

C’est notamment le cas de Jonas Kasimba, homme d’affaires et homme politique natif de cette province. Il s’insurge contre tout acte de violence. Cependant, il reconnaît l’importance de mettre en place un mécanisme de retrait progressif de la MONUSCO.

À l’en croire, après 22 ans de présence de la MONUSCO, anciennement MONUC, en RDC sans les résultats escomptés, il est légitime que les habitants s’interrogent sur les raisons du maintien d’une force qui a manifestement montré ses limites, surtout si l’on considère le nombre de victimes tuées par les rebelles et qui continuent à se compter par milliers.

« Il est de droit de s’interroger sur l’avenir du peuple congolais en réitérant la demande du gouvernement d’un retrait progressif et non-violent de la MONUSCO »,
a-t-il réagi.

Depuis lundi, plusieurs manifestations anti-MONUSCO ont éclaté dans les villes de Beni, Butembo et Goma. Le gouvernement a établi mardi soir, un bilan provisoire d’une cinquantaine de blessés et d’au moins 5 morts. La MONUSCO a annoncé pour sa part que des « assaillants » soupçonnés de s’être mêlés aux manifestants, ont tué trois de ses éléments, dont un Casque bleu et trois policiers de l’ONU.

Il y a quelques semaines, alors que rien ne semblait présager ce qui se passe actuellement, la tension couvait déjà visiblement dans le chef d’une grande partie de la population. Celle-ci reproche à la mission de l’ONU son inefficacité dans la traque des groupes rebelles qui sévissent dans l’Est du pays et un maigre résultat en matière de sécurité plus de deux décennies après son installation. Les manifestants estiment de ce fait que la MONUSCO ne joue pas bien le rôle qu’il devrait jouer aux côtés des FARDC.

KMC, Kinshasa

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
7 + 10 =


error: Content is protected !!