Sécurité

Nord-Kivu : « Deux écoliers tués par des bombes larguées par l’armée rwandaise à Kabaya » (Armée)

Congo Rassure Share

Nord-Kivu : « Deux écoliers tués par des bombes larguées par l’armée rwandaise à Kabaya » (Armée)


Deux écoliers, Ishara Mapenzi (7 ans) et Jérémie Nziuvira (6 ans) ont été tués vendredi 10 juin 2022 par des bombes lancées par l’armée rwandaise et tombées dans les locaux de l’école Saint Gilbert, dans le groupement Kisigari de la chefferie Bwisha, en territoire de Rutshuru (Nord-Kivu).

Nord-Kivu : « Deux écoliers tués par des bombes larguées par l'armée rwandaise à Kabaya » (Armée)

Les forces congolaises affirment que depuis le vendredi 10 juin 2022 à 16h15, l’armée rwandaise a tiré une dizaine de bombes sur le territoire de la République démocratique du Congo. Ces bombes, tirées par un canon à longue portée à plus de 22 kilomètres du territoire rwandais, ont explosé à Biruma et Kabaya, localités situées dans le groupement Kisigari, chefferie Bwisha, en territoire de Rutshuru, respectivement à cinq kilomètres et demi et un kilomètre et demi à l’est de Rumangabo. Selon les FARDC, “pour les bombes de Kabaya, qui sont tombées plus précisément dans l’enceinte de l’Institut Saint Gilbert, le bilan provisoire est encore de deux (2) enfants de sexe masculin tués. Il s’agit de Ishaka Mapenzi, âgé de 7 ans, et Jérémie Nziuvira, âgé de 6 ans”.

Un autre garçon, dont l’identité n’a pas encore été précisée, a été blessé et est admis dans un hôpital local, a déclaré le général de brigade Sylvain Ekenge Bomusa, porte-parole du gouverneur militaire du Nord-Kivu.

L’armée de la RDC condamne le fait que l’armée rwandaise ait bombardé une école entière, rappelant que cela constitue à la fois un crime de guerre et un crime contre l’humanité.

C’est à Biruma, rappellent les FARDC, que deux soldats des forces de défense rwandaises ont été récemment capturés par les forces de défense et de sécurité avec le soutien de la population qui résiste à l’agression de notre pays par le Rwanda.

“Pour justifier ces bombardements destinés à punir la population qui avait aidé à capturer les forces spéciales rwandaises, mais aussi pour tromper la communauté internationale sur ses intentions belliqueuses, le Rwanda a publié le communiqué selon lequel les FARDC avaient tiré des bombes sur le territoire rwandais. Le même stratagème a été utilisé pour justifier les dernières attaques à Rumangabo et Kibumba. Habitué à sacrifier ses propres populations, le Rwanda, pour se victimiser et trouver des motifs d’attaque contre la RDC, n’a jamais hésité à bombarder son propre territoire puis à tirer des bombes sur le sol congolais”, ajoute le général de brigade Sylvain Ekenge.

Cependant, il rassure que « les Forces Armées de la République Démocratique du Congo, avec le soutien de la MONUSCO, ne sont pas restées inactives face à la cruauté des occupants. Elles continuent à riposter et à se défendre pour sauvegarder l’intégrité du territoire national et protéger le peuple congolais jusqu’au sacrifice suprême ».

Par ailleurs, pour confirmer le soutien de l’armée rwandaise au M23, l’armée congolaise dit être en possession d’images de drones attestant de l’occupation de Tchanzu et Runyonyi par les Forces de défense rwandaises (RDF). Ainsi, les Forces armées de la République démocratique du Congo invitent la population à maintenir une vigilance totale et à dénoncer toute présence suspecte.

Un élu de la région demande à l’armée de régler définitivement ce problème

Contacté par CONGORASSURE.CD à ce sujet, le député Emmanuel Ngaruye, élu de la région, se dit inquiet de cette mort atroce de ces enfants. Le député a demandé à l’armée congolaise de mettre fin une fois pour toutes à cette rébellion qui continue de faire des victimes.

Par DM Ngovoka et Gloiredo Ngise
Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
17 − 16 =


error: Content is protected !!