Actualité

Nord-Kivu: Manifestations contre la monusco en rdc, les initiateurs regrettent la tournure qu’elle a prise, mais tiennent le coup

Congo Rassure Share

Nord-Kivu: Manifestations contre la monusco en rdc, les initiateurs regrettent la tournure qu’elle a prise, mais tiennent le coup


Après 3 jours des manifestations contre la présence de la MONUSCO sur le sol congolais, les organisateurs de cette démarche disent regretter l’allure qu’elle a prise, contrairement à tout ce qui est prévu.

Jacques SINZAERA, activiste pro-démocratie membre du mouvement AMKA CONGO, l’une des structures organisatrices, précise dans une exclusivité avec congorassure.cd, que la marche a été initialement prévue pacifique, ce qui n’a plus été le cas avec le débordement des manifestants qui étaient devenus incontrôlables.

« Nous nous avons appelé à une marche pacifique, à un sit-in continu. Nous avons déploré ce qui est arrivé, la population qui criait que la monusco vient piller sa richesse, et que c’était son moment aussi de piller les biens de la monusco », a-t-il rapporté, soulignant qu’en un certain moment là situation était devenue incontrôlable.

« Nous en un certain moment nous avons été débordés parce-que nous avons cherché même à traquer ceux qui se sont mis à vendaliser les bases de la monusco, ainsi recadrer les manifestants ce qui n’a plus été le cas », poursuit-il.

Jacques SINZAERA note aussi des points négatifs départ le comportement de la monusco qui selon lui, il y a une charte qui lui demande de sécuriser les civils, pourtant ne l’a toujours pas fait, dit-il. Mais à lui de compléter que si les civils refusent qu’on les sécurise, la meilleure des choses serait d’obtempérer.

« Nous les civils nous disons non, nous n’avons pas besoin de votre protection, si vous voulez nous protéger et que nous ne le voulons pas, vous devez nous laisser libres, mourir à notre triste sort du fait que si nous vous trouvons incapables de nous sécuriser vous êtes censés nous laisser », complète-t-il.

Celui-ci demande au bureau conjoint de droit de l’homme de la monusco d’interpeller leurs chefs et de faire preuve de la liberté d’expression qu’ils prêchent aux autres.

« Nous laisser nous exprimer c’est ça ce qu’on appelle le droit à la liberté d’expression », a-t-il martelé.

À tout pris, l’activiste fait savoir que les manifestations vont continuer jusqu’à ce qu’ils verront la Monusco partir, selon lui , tout ce qu’ils ont compris est que la mission onusienne a un autre agenda caché, raison qui fait qu’elle ne veut pas partir.

« Fusiller ceux qui vous demandent de partir, cela cache beaucoup des choses, vous ne voulez pas nous sécuriser , mais vous êtes là pour nous appauvrir c’est pourquoi vous ne voulez pas partir », dit Jacques SINZAERA.

Sans cacher ses mots, il déplore l’attitude prise par le gouvernement congolais qui s’est montré aux côtés de la Monusco en dénonçant leurs trois éléments tués là où ils ont tué 19 personnes avec plus de 100 blessés. Selon lui, cela est à condamner haut et fort.

En conclusion, Jacques SINZAERA fait savoir que leur mouvement de grève continue jusqu’au départ de la monusco sur le sol congolais, suite à son incapacité en tout depuis plus de 20 ans déjà sans apporter la paix.

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
24 − 9 =


error: Content is protected !!