Actualité

OGEFREM: pour non respect du contrat locatif, la sous-direction de Kasumbalesa déguerpie de ses locaux

Congo Rassure Share

OGEFREM: pour non respect du contrat locatif, la sous-direction de Kasumbalesa déguerpie de ses locaux


L’Office de gestion du fret multimodal (OGEFREM), sous direction de Kasumbalesa, est obligé de quitter l’immeuble qu’il occupait depuis 2020 au numéro 999, avenue Kabongo, route Lubumbashi, en face de l’hôtel MG. Et pour cause, le non-respect des obligations en tant que locataire: signer le contrat de location et le non-paiement de 4 mois du loyer.

Depuis le 4 mai dernier, les agents de la sous-direction de l’Ogefrem Kasumbalesa, ont juste vidé les locaux du lieu qu’ ils occupaient depuis deux ans, à l’insu du propriétaire, apprend-t-on de sources sûres dans la cité frontalière de Kasumbalesa. Une situation qui fait couler beaucoup d’encre et qui cache pas mal de choses. Au motif, le refus d’apposer la signature au contrat de bail proposé par la propriétaire dudit immeuble, en l’occurrence Madame Samba Mwambu Sandra, confirment les mêmes sources.

Se confiant à Congorassure.cd, Mme Sandra ne sait à quel saint se vouer. Elle déclare: « On s’est tirés avec les agents de l’Ogefrem en fonction du contrat de location de mon immeuble. Lorsqu’ils s’étaient amenés chez moi en février 2020, avec l’argent de la garantie de 4 mois, ils n’avaient pas signé le contrat. Je leur avais envoyé le contrat pour signature, sans qu’ils me retournent la copie », nous précise la propriétaire. « Bien après les choses ont traîné. Le directeur m’avait rassuré que le contrat était bel et bien parti à Kinshasa pour signature, et qu’au retour du contrat, ils pourront accéder à l’immeuble. Chose qui n’a été faite ».

Mais curieusement elle précise qu’ils ont accédé à l’immeuble sans poser la signature au contrat. « J’étais surpris un jour de recevoir un appel comme quoi, il y a une délégation venue de Lubumbashi, certaine de Kinshasa, visiter l’immeuble, pour faire rapport à leur hiérarchie de Kinshasa. Moins prudente que j’étais, je ne me suis pas opposé. J’avais mis les clés à leur disposition. Finalement ils ont fait entré leurs équipements bureau sans mon aval. J’ai appelé le directeur, je lui fais voir qu’on s’était pas convenu ainsi. Il m’a dit: n’ayez pas peur madame, comme vous êtes parti à Lubumbashi, dès que vous serez de retour, venait prendre le contrat. Depuis 2020, cela fait 2 ans jour pour jour que je marchais pour obtenir le contrat. Je les avais même convoqué au niveau du parquet, sans suite. Je les avais convoqué devant le chef de service d’habitat. Monsieur Kanik était même venu avec d’autres modèles de contrat que j’ai acheté, les agents Ogefrem avaient refusé d’apposer la signature sur ce document. Je comprend, eux sont les agents de l’État, je ne peux pas continuer avec eux sans un contrat de location. J’ai résolu de leur faire partir ».

Outre le refus de signer particulièrement le contrat, ils se sont barrés avec 4 mois de loyer. De quoi réveiller tout soupçon.

« Nous étions partis chez le chef du service d’habitat, ils avaient refusé de signer le contrat. Comme c’était ainsi, je leur avais demandé de quitter ma maison. Le directeur avait dit, comme c’est ainsi, remettez-nous alors la garantie. Je lui ai dit de faire sortir les mobiliers pour que nous puissions faire un état des lieux, avant de leur remettre la garantie. Ils ont accepté. 6 mois se sont écoulés sans une action ni payé la maison. Ils ont augmenté de 4 mois. Avec un total de 10 mois, 6 mois de la garantie et 4 mois de paiement de location. Les agents de l’Etat sont venus faire constant, ils ont fermé l’immeuble à clés, me laissant au chômage ».

Cependant, l’avocat de Mme Samba défend ce jeudi sa cliente lésée par ce service de l’État. Me Joseph Mulumba dit ne pas comprendre que l’Ogefrem ait refusé de signer le contrat de location, indique-t-il, et d’occuper l’immeuble sans titre, ni droit malgré plusieurs négociations menées au niveau du service de l’habitat. Tout en rappelant que l’on a fait croire à sa cliente durant deux ans qu’elle aura un contrat signé par le Directeur général de l’Ogefrem Kinshasa, tel que nous renseigne les échanges de courriels, en réponse à la lettre de l’autorité municipale de Kasumbalesa. Force de constater, le locataire a vidé les locaux sans prévenir son locataire avec une dette de 4 mois du loyer, racontant les drôles de jeux auxquels les agents Ogefrem ont joué à la pauvre dame.

Adrien AMBANENGO

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
28 × 7 =


error: Content is protected !!