Actualité

Paiement des nouvelles taxes par les maisons de télécoms : Les opérateurs de téléphonie mobile disent Niet !

Congo Rassure Share

Paiement des nouvelles taxes par les maisons de télécoms en RDC : Les opérateurs de téléphonie mobile disent Niet !


Les nouvelles taxes instituées par l’Autorité de régulation des postes et des télécommunications du Congo (ARPTC) s’avèrent complexe à mettre en place. Les opérateurs de téléphonie mobile qui sont censés les payer refusent catégoriquement de se soumettre à la décision du régulateur.

Paiement des nouvelles taxes par les maisons de télécoms : Les opérateurs de téléphonie mobile disent Niet !

Quelles sont ces nouvelles taxes de télécoms que vient d’instituer l’ARPTC ? Difficile de le comprendre pour l’instant, d’autant plus qu’il y a à peine quelques jours, dans une déclaration rendue publique, ce service rattaché à la présidence de la République, sans donner des détails précis sur les fameuses taxes, a démenti les informations véhiculées par la Fédération des entreprises du Congo (FEC) à ce sujet, affirmant que la législation en vigueur protège la population contre d’éventuelles augmentations arbitraires et abusives des tarifs par les opérateurs.

Toutefois tout ce que l’on sait pour le moment, selon les sources qui se sont confiées à Bloomberg, les opérateurs de téléphonies qui sont installés en RDC, notamment Orange SA, Vodacom Group Ltd, Airtel Africa Plc et Africell Holding SAL, ont reçu des factures envoyées par le régulateur par l’intermédiaire d’une société de conseil, 5C Energy.

Ces sociétés de téléphonie mobile sont appelées à payer une redevance estimée à environ 180 millions de dollars par an, selon les mêmes sources. Les frais supplémentaires comprennent un montant facturé sur chaque minute d’appel, chaque message et chaque mégaoctet de données utilisés par les clients, ajoutent-elles, soulignant que la redevance ne peut être répercutée sur les utilisateurs.

Le 1er juin dernier, la FEC a prévenu de l’augmentation des tarifs des services de télécommunication sur l’ensemble de la République pour “rémunérer les services de l’ARPTC”. Selon la structure, suite à la décision du Gouvernement d’instaurer ces nouvelles taxes à charge des Opérateurs des télécommunications sur l’ensemble des services, ceux-ci n’ont donc pas d’autre choix que d’augmenter les tarifs de différents services sur lesquels le Gouvernement a décidé d’appliquer ces nouvelles charges.

“Des telles mesures sont de nature à repousser les investisseurs dont le pays a pourtant besoin pour son développement” a expliqué la FEC, qui a insisté sur le fait que cette mesure accroît le fardeau des ménages dans un contexte socio-économique difficile, mais aussi la pression fiscale dans le secteur des télécommunications, qui représente 34% du chiffre d’affaires en RDC, alors que la moyenne en Afrique subsaharienne est de 26%.

Sans pour autant démentir la décision de l’introduction des nouvelles taxes à payer par les sociétés de télécoms, l’ARPTC qui s’est directement attaqué à la communication de la FEC , parlant des fausses allégations, a pour sa part prévenu que tout opérateur qui tentera illégalement d’augmenter ses prix, quels qu’en soient les motifs, ou de propager de fausses informations dans l’intention de nuire aux intérêts de l’Etat, sera sévèrement sanctionné conformément à la législation en vigueur.

Au regard de ce dernier développement autour de ces nouvelles taxes et surtout le montant total que les maisons de télécoms sont appelées à débourser, aucune information n’a filtré jusque-là du côté de l’ARPTC. Aussi, tous les opérateurs de téléphonie mobile préfèrent ne faire aucun commentaire pour l’instant suite à la sensibilité du sujet.

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
24 − 20 =


error: Content is protected !!