Sécurité

Pour le gouvernement congolais, Kigali soutient la rébellion du M23 en violation des accords signés

Congo Rassure Share

Pour le gouvernement congolais, Kigali soutient la rébellion du M23 en violation des accords signés


Alors qu’une communication du gouvernement congolais était impatiemment attendue après que les rebelles du mouvement du 23 mars (M23) ont attaqué les forces armées congolaises sur plusieurs axes dans les territoires de Nyiragongo et de Rutshuru (Nord-Kivu), celle-ci a été faite en deux temps, mercredi tard dans la soirée.

Pour le gouvernement congolais, Kigali soutient la rébellion du M23 en violation des accords signés

La première communication a été faite par le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Christophe Lutundula. Du haut de La Tribune, lors de la plénière du Conseil exécutif de l’Union africaine tenue en marge du vingtième anniversaire de l’organisation, le premier des diplomates congolais a déclaré publiquement et sans hésitation condamner le soutien du Rwanda au M23 dans les attaques contre les positions des FARDC et de la MONUSCO au Nord-Kivu.

La deuxième communication est intervenue quelques heures plus tard. Elle a été faite par le Ministre de la Communication et Porte-parole du Gouvernement Patrick Muyaya à l’issue de la réunion de crise présidée par le Premier Ministre Sama Lukonde avec tous les services impliqués dans le secteur de la Défense et de la Sécurité.

S’adressant à la presse, le porte-parole du gouvernement congolais a clairement évoqué le soutien du Rwanda au M23, « en violation de la frontière ainsi que des accords signés avec la RDC ». « …En examinant la situation qui se déroule depuis quelques jours dans la province du Nord-Kivu, il est établi selon les éléments que nous avons reçus du terrain, qu’en tout cas les soupçons se cristallisent sur le soutien que le M23 aurait reçu du Rwanda », a déclaré le ministre Muyaya.

Celui-ci a affirmé que le gouvernement congolais a déjà activé le mécanisme de suivi. « Le responsable de ce mécanisme est actuellement à Kigali pour attester de ces faits », a-t-il révélé. En effet, pour lui le doute ne peut avoir qu’une petite ombre, car les faits sont plausibles à ses yeux et cela tend à se vérifier d’autant plus qu’il y a quelques jours, des informations circulaient selon lesquelles il y aurait des représailles.

« Vous avez suivi que nos forces avaient totalement déstabilisé le M23, qui agit de manière répétée par des actions provocatrices. Nos forces avaient pris le dessus et il y avait des éclats d’obus qui seraient tombés de l’autre côté de la frontière. Et en représailles, nous attendions des nouvelles de ce genre. Nous pensons que ce qui s’est passé serait une réaction du Rwanda. Mais pour cela, nous le saurons bientôt quand le rapport du Mécanisme conjoint de suivi sera fait”, a-t-il dit avec réserve.

Dans le même temps, Patrick Muyaya a déclaré que toute la situation sécuritaire a été revue de manière générale, surtout que les opérations des forces armées de la République démocratique du Congo, qui étaient plutôt du côté de Runyonyi à Rutshuru, se sont déplacées avant-hier et mercredi matin, à quelques kilomètres de Goma.

Le Ministre de la Communication et des Médias a fait savoir qu’il fonde sa suspicion à l’égard du Rwanda quant à l’arsenal militaire dont disposerait le M23 sur le terrain des opérations sans avoir les moyens nécessaires de détenir un tel armement. “Nous pensons que le M23 ne peut pas disposer de l’arsenal militaire comme celui qu’on trouve chez lui sur le terrain des opérations. D’où la cristallisation de nos soupçons sur le Rwanda », a-t-il souligné, insistant sur le fait que les FARDC, qui sont mobilisées, doivent être davantage soutenues pour défendre l’intégrité territoriale du pays.

« Nos forces armées ont été mobilisées une fois de plus, que ce soit sur le front de Runyonyi ou sur le front de Tshanzu, pour faire en sorte que chaque pouce de notre territoire national soit protégé. Il y a quelques mois, nous avons lancé la campagne Bendele ekweya te. Je pense que c’est le moment de la relancer, parce que nous devons tous nous lever pour qu’aucune tentative, de quelque groupe ou pays que ce soit, n’essaie de prendre un seul centimètre de notre territoire », a déclaré Patrick Muyaya.

KMC, KINSHASA
Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
27 × 29 =


error: Content is protected !!