Actualité

RDC : 19 ans après, le célèbre volcan du Nyiragongo entre en éruption soudaine!

Le volcan du Nyiragongo. ©Bella Falk
Congo Rassure Share

Le volcan du Nyiragongo. ©Bella Falk


RDC : 19 ans après, le célèbre volcan du Nyiragongo entre en éruption soudaine!


Par Christina Mk Congorassure

Ce samedi 22 mai 2021, dans la partie Est de la République Démocratique du Congo, le volcan Nyiragongo est soudainement entré en éruption, prenant au dépourvu la population et les autorités locales. Cela a eu pour effet immédiat une panique généralisée dans la ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, tout le monde craignant de revivre l’expérience de 2002.

Une activité soudaine

À 19 heures locales, à la tombée de la nuit, des fortes émanations de lumière rougeoyante ont attiré l’attention des habitants de Goma. N’ayant aucune information en sa possession, la population a émis plusieurs genres d’hypothèses, allant de celle d’une probable éruption du Nyiragongo ou Nyamulagira à celle d’un incendie survenu dans une station de vente de carburant. C’est graduellement que l’hypothèse d’une éruption volcanique a été privilégiée, au vu des fortes lumières qui illuminaient le ciel de Goma.

Prises de panique, plusieurs familles ont plié bagages, et ont pris la direction des endroits qu’elles estiment éloignées du danger. Elles ont pris notamment la direction de Sake et du Rwanda voisin, qui a d’ailleurs fermé ses frontières, ne laissant passer que les résidents, craignant l’afflux de toutes ses familles sur son sol en cette période complexe de la pandémie de la Covid-19.

Voyant l’ampleur que prenait la panique au sein de la population et craignant les diverses retombées néfastes, la mission de l’ONU en RDC (Monusco) , a dépêché un hélicoptère au dessus de la zone d’où provenaient des lumières, pour mener un vol de reconnaissance.

Revenue de cette mission de reconnaissance, l’équipe envoyée par la MONUSCO a bel et bien confirmé des activités d’éruption sur le Nyiragongo. Elle a tout de même noté que « la coulée de lave se dirigeait vers le Rwanda et que la ville de Goma et ses environs étaient à l’abri ».

En attendant la confirmation du gouvernement congolais, le responsable de sécurité d’une ONG internationale basée à Goma, s’est à son tour rendu sur la route de Kibumba où il a pu constater la coulée de lave. Il est revenu avec la même lecture : « Les laves ne semblent pas inquiétantes pour Goma. »

Le gouvernement congolais confirme et appelle au calme

C’est après moults réactions engendrées par le silence du gouvernement central que le porte-parole du gouvernement et Ministre de la Communication Patrick Muyaya a brièvement communiqué sur l’incident. « Le Gouvernement suit de près la situation à Goma particulièrement l’activité du volcan Nyirangongo. Les autorités locales évaluent la situation présentement avec l’observatoire volcanologique, une communication détaillée suivra » a déclaré le porte-parole, appelant la population au calme.

Le gouverneur militaire du Nord-Kivu, le lieutenant général Ndima Kongba Constant, qui confirme aussi l’éruption du volcan Nyiragongo, assure que « les investigations sont en cours. » Le gouverneur demande à la population de garder son calme et de « suivre les instructions du coordonateur de la protection civile et des Forces Armées de la République Démocratique du Congo. »

Le coordonateure de la protection civile dans la province, Joseph Makundi, de son côté demande aux malades qui sont internés dans de structures sanitaires au nord de Goma notamment Nyiragongo et majengo  de « se déplacer vers l’hôpital provincial à Goma. » M. Makundi demande également aux propriétaires des stations services de « commencer déjà à les vider pour éviter toute explosion » tout en rassurant que pour le moment la lave se dirige vers le Rwanda.

Colère de la population suite au flou dans la communication

Il aura fallu plus de deux heures pour que les autorités locales réagissent après cet éruption inopinée. Plusieurs gomatraciens ont inondé la toile des messages de colère ne comprenant pas la lenteur de réactivité des autorités et la confusion dans différentes communications.

« Pourquoi les autorités ne communiquent-elles pas pour dire à la population ce qui se passe. On ne sait pas dire si c’est Nyiragongo ou Nyamulagira ou si c’est juste un incendie comme certains le disent » a commenté l’un d’eux.

Un deuxième habitant regardant au loin, impuissant, les familles qui se déplacent vers d’autres endroits de la ville a indiqué qu’il était terriblement peiné de voir ces familles se déplacer dans le noir, avec femmes et enfants. « Je me demande si l’Observatoire Volcanologique de GOMA n’a pas vu ce drame arrivé. On aurait pu éviter tout ceci » s’est-il confié. Avant d’ajouter : « J’espère que les têtes vont tomber pour ce qui vient de se passer ce soir. L’OVG n’a tout simplement pas fait ses devoirs. »

« Jusqu’à la coulée de la lave les autorités n’était à mesure d’alerter les populations ? Une irresponsabilité inacceptable » s’écrie un jeune homme, abasourdi par les mouvements nocturnes de la population vers Saké.

Au journaliste de CongoCheck Rodriguez Kastuva de s’interroger à quoi riment toutes les contradictions lors des différents partages des informations. «C’est le NYAMULAGIRA, assure le volcanologue Honoré Ciraba, un responsable de l’observatoire volcanologique de Goma. Mais, Patrick Muyaya, RFI et FRANCE24 parlent du Nyiragongo, citant la protection civile. Aux ONG, on communique et on parle du Nyamulagira. Confusion » a-t-il rédigé sur son compte Twitter.

Jean-Claude Katende a à son tour signifié sa colère sur son compte Twitter. «Pourquoi les gens qui surveillent le volcan nyiragongo n’ont pas lancé l’alerte? Ils travaillent ou ils s’amusent? Cette éruption arrive à un moment critique. Ça va déstabiliser encore les populations » a déploré le défenseur des droits humains.

Impuissants face au problème survenu alors qu’on ne s’y attendait pas et se sentant accusés d’incompétence, à tord, les vulcanologues ont également explosé de colère: « Quand on plaide pour des frais de fonctionnement et autres moyens pour les outils de surveillance, on est ignoré.»

En effet, selon les informations en notre possession, l’OVG qui est sous tutelle du ministère de la recherche scientifique n’est plus financé depuis plusieurs années par le gouvernement central. Un humanitaire qui s’est livré à congorassure déclare que depuis une vingtaine d’années, « cette institution de l’Etat est soutenue par des partenaires extérieurs. »

Les orientations de l’OVG

Joseph Makundi demande à la population de GOMA de se référer au plan de contingence mais aussi aux exercices de simulation faits les années passés. « Tout le monde en ville de Goma sait comment se comporter en temps d’éruption. La population est appelé à ne pas paniquer. Tout doit se faire dans le calme » indique-t-il.

Il ajoute que le gouverneur vient d’autoriser « l’évacuation des personnes vulnérables vers Sake, dans le territoire de masisi », considéré comme un abris éloigné du volcan Nyiragongo.

Joseph Makundi recommande à toutes les femmes enceintes de 7 mois et plus de se diriger urgemment à l’hôpital général provincial du Nord-Kivu, Bethesta, Kyeshero et Buhimba, selon le plan de contegeance.

Pour l’instant, le gouvernement central annonce que le plan d’évacuation de la ville de Goma a été activé. Selon son porte-parole, des mesures urgentes seront prises dans les heures qui suivent.

Pendant ce temps, certaines sources concordantes renseignent que les autorités congolaises envisagent d’entrer en discussion avec le RWANDA pour négocier l’ouverture de sa frontière, afin de permettre l’évacuation de la population de GOMA vers Gisenyi.

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
19 ⁄ 1 =


error: Content is protected !!