Sécurité

RDC: dégradation de la situation sécuritaire dans l’Est, Bruno Lemarquis réitère l’importance de respecter le droit international humanitaire

Congo Rassure Share

RDC: dégradation de la situation sécuritaire dans l’Est, Bruno Lemarquis réitère l’importance de respecter le droit international humanitaire


« En République Démocratique du Congo, plus de 700 000 civils ont dû fuir leurs habitations depuis janvier 2022 suite aux violences des groupes armés, ce nombre ramène à près de 5,9 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays ».

Cette situation sécuritaire et humanitaire instable est détaillée par le coordonnateur humanitaire des nations unies en RDC, dans un communiqué officiel publié  Samedi 18 Juin à Kinshasa.

Dans ce communiqué, Bruno Lemarquis déplore le fait que les sites de personnes déplacées, les structures sanitaires ainsi que les écoles soient également devenus la cible des récurrentes attaques des groupes armés.

« Au total 11 sites de déplacés ont été attaqués depuis le début de l’année en cours au Nord-Kivu, en Ituri et au Sud-Kivu. Au moins 15 structures sanitaires et 58 écoles ont également été prises pour cible,  » renseigne t-il.

« Rien qu’en Ituri, plus de 200 personnes déplacées ont été tués en neuf mois dans 16 différentes attaques des groupes armés contre les sites de déplacés, » renchérit-il tout en précisant que 50% des violations documentées dans la partie Est du pays ont été enregistrées au Nord-Kivu.

À en croire Bruno Lemarquis, ce cycle des violences n’épargne pas les opérations humanitaires.

« 116 incidents sécuritaires affectant directement le personnel ou les biens humanitaires ont été notifiés depuis le début de l’année,  » précise t-il.

Le coordonnateur humanitaire des nations unies en RDC indique qu’il est plus que important de faire respecter le droit international humanitaire étant donné que plusieurs civils innocents continuent à être victimes des violences, tueries, traumatismes car maintenus dans un cycle des violences entretenu par les groupes armés.

Tout en insistant sur le fait que le personnel humanitaire a le droit d’accéder sans entrave aux personnes dans le besoin et sans être cible des groupes armés, Bruno Lemarquis a rappelé également que la mobilisation des ressources en faveur des populations victimes reste également primordiale dans pareille situation.

Notons que depuis plusieurs années, la situation sécuritaire et humanitaire reste toujours volatile en dépit d’un calme apparent observé dans certaines agglomérations. Les groupes armés locaux et étrangers tels que l’ADF, le M23, la CODECO ainsi que d’autres milices, continuent à commettre des crimes graves contre la population civile entraînant ainsi des déplacements massifs réguliers ainsi qu’une pauvreté permanente.

Nicole Lufungi

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
3 × 29 =


error: Content is protected !!