ActualitéSécurité

RDC – Etat de siège: FAYULU et Muzito espèrent que ce n’est pas une manœuvre pour accueillir les populations étrangères et les implanter dans la partie Est

Congo Rassure Share

 


RDC – Etat de siège: FAYULU et Muzito espèrent que ce n’est pas une manœuvre pour accueillir les populations étrangères et les implanter dans la partie Est

Par Nicole LufungiCongorassure

Dans un communiqué publié ce mardi 4 Mai, la coalition Lamuka, aile Fayulu-Muzito fait la lecture de l’instauration de l’état de siège dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. C’est une lecture dans laquelle les deux ténors de l’opposition poussent loin leurs réflexions et demandent à ce que la vérité soit dite.

Si pour certaines personnes, l’instauration de l’état de siège apporte un peu plus de lumière à l’horizon, pour d’autres, comme Martin Fayulu et Adolphe Muzito, cela soulève bien des questions auxquelles il est important de répondre. Tout en rappelant que l’état de siège est un dispositif constitutionnel auquel l’on recourt « lorsque des circonstances graves menacent, d’une manière immédiate l’indépendance ou l’intégrité nationale ou encore lorsqu’elles provoquent l’interruption du fonctionnement régulier des institutions » dans leur communiqué, les deux personnalités reviennent sur toute une série des questions.

1. Qui menace l’intégrité de notre pays? En d’autres termes, peut-on savoir qui agresse la République ou lui fait la guerre pour que nous puissions nous mobiliser tous contre cet ennemi? ;

2. En quoi l’état d’insécurité des provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu diffère-t-il de celui du Sud-Kivu et du Tanganyika?;

3. Que sont devenues les armées étrangères dont la présence sur le territoire congolais a été dénoncée par la société civile et par les Nations-Unies?;

4. Que sont devenus les seigneurs de guerre de l’Ituri que M. Felix Tshisekedi a libérés de la prison de Ndolo et qu’il a rencontrés par la suite à Kinshasa? Et quelles sont les résultats de la mission qui leur avait été confiée?;

5. Où se trouvent les éléments des FARDC qui avaient mis en déroute les armées rwandaises, ougandaises et le M23? – La série des questions posées par Martin Fayulu et Adolphe Muzito.

Le Présidium de l’aile radical de la coalition Lamuka dénonce également ce qu’il qualifie d’amateurisme avéré dans la gestion de l’Etat. Il rappelle que « les restrictions des libertés qui accompagnent l’état de siège sont un acte grave parce qu’il suspend l’état de droit dans la partie du territoire frappée par le dispositif. »

En plus des questions liées au préalable de l’instauration de l’état de siège, les représentants de Lamuka disent espérer que le dispositif de l’état de siège ne sera pas une manœuvre pour « museler les citoyens congolais et accueillir ainsi des populations étrangères que l’on voudrait implanter dans la partie Est de la RDC. »

Selon eux, il est connu que les régions du Kivu et de l’Ituri ne sont pas contrôlées militairement par Kinshasa et par conséquent, ils expliquent, qu’on doit avoir le courage de dire la vérité.

Tout en soutenant que le vrai problème réside dans l’illégitimité des institutions et leurs animateurs, ainsi que dans la désorganisation et l’infiltration de l’armée nationale, la plateforme Lamuka rappelle que si une partie de la République est en guerre, c’est toute la RDC qui l’est et donc qu’il est temps de trouver des solutions adéquates et pérennes.

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
6 + 8 =


error: Content is protected !!