Actualité

RDC : la plateforme de la société civile : « Comprendre et agir dans le secteur minier artisanal », plaide pour la relance de l’Entreprise générale de Cobalt et la mise en place des animateurs de l’autorité de régulation

Congo Rassure Share

RDC : la plateforme de la société civile : « Comprendre et agir dans le secteur minier artisanal », plaide pour la relance de l’Entreprise générale de Cobalt et la mise en place des animateurs de l’autorité de régulation


Par la Rédaction –CongoRassure

Depuis la création de l’Entreprise générale du cobalt (EGC), en novembre 2019, il existe de nombreuses « pesanteurs pour son opérationnalisation« , ont souligné les animateurs de CASMIA (Comprendre et agir dans le secteur minier artisanal).

Ils ont unanimement plaidé ce jeudi 1er avril, pour la relance de l’EGC, qui a le monopole d’organiser et d’encadrer l’exploitation artisanale du cobalt en République Démocratique du Congo.

Il sied de préciser que la création de l’EGC est le résultat du plaidoyer des organisations de la société civile, après avoir constaté des nombreux problèmes dans le secteur de l’exploitation minière artisanale, entre autres : les glissements de terrain, la fraude minière, l’évasion fiscale, les violations des droits de l’homme et la présence d’enfants dans ce secteur. « Nous avons fait un plaidoyer auprès du gouvernement congolais, pour avoir une société qui devrait avoir le monopole de l’exploitation minière artisanale« , a déclaré Schadrack Mukad.

Pour Schadrack Mukad, coordinateur national de la plateforme CASMIA installée à Kolwezi, et qui mène depuis deux semaines un plaidoyer et a facilité  la journée de réflexion pour améliorer le secteur de l’artisanat minier, démilitariser et dépolitiser les coopératives, « À ce jour, l’entreprise générale du Cobalt n’est pas opérationnelle parce qu’il y a des pesanteurs, suite à un organe très important dans le secteur minier artisanal qui doit connaître ses animateurs« .

Néanmoins, du côté de CASMIA, on doute de la capacité de la RDC à vouloir faire le ménage dans l’exploitation artisanale du cobalt, raison qui fait traîner la mise en place d’un « régulateur » dans ce secteur qui emploie près de deux millions de Congolais vivant de l’exploitation artisanale de ce minerais.

« Nous avons jugé opportun de faire pression sur le gouvernement congolais, d’attirer son attention et celle du chef de l’Etat pour qu’il nomme les dirigeants de l’autorité de régulation des marchés des substances minières stratégiques (ARICOMS), qui est une solution pour la formalisation du secteur de l’artisanat minier, afin de créer une émergence de la classe moyenne tant entendue« , a expliqué le coordinateur de CASMIA à la presse.

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
21 ⁄ 7 =


error: Content is protected !!