ActualitéSécurité

RDC : Les massacres répétés et l’insécurité persistante à Beni traduisent l’incapacité à rétablir la paix ( Société Civile)

Congo Rassure Share

Par Chance P.

Dans une déclaration commune parvenue à Congorassure Ce Jeudi 15 Avril 202,  80 organisations de la société civile ont appelé les institutions congolaises et particulièrement au président de la République Félix Tshisekedi à une action urgente pour la fin des massacres dans la région de Beni.

Selon ces organisations, cette région a basculé dans la violence avec le kidnapping des trois prêtres catholiques de la paroisse notre dame de Mbau le 19 Octobre 2012 et n’ont jamais été retrouvés.

Elles indiquent que la situation s’était empirée à partir d’octobre 2014 quand les populations civiles ont commencé à être systématiquement tuées avec des machettes et autres types d’armes blanches. Les cas de kidnapping de masse se sont multipliés. Et depuis, les villages sont méthodiquement incendiés.

Le bilan global avoisine « le chiffre de 5000 civils tués. Une vingtaine de villages ont disparu de la carte géographique de la RDC. Des milliers d’hectares des champs et fermes agricoles ont été délaissés. » Le communiqué note aussi que des milliers des personnes sont devenues des déplacés et réfugiés de guerre. « Derrière chaque victime, c’est toute une famille brisée, un avenir disloqué et un État effondré », lit-on dans ce message de quatre pages.

Pour ces structures de défense des droits de l’homme , les massacres répétés et l’insécurité persistante traduisent l’incapacité des institutions congolaises et des Nations Unies à rétablir la paix. Plusieurs massacres ont été perpétrés dans les environs des bases militaires de la Mission de Nations Unies pour la Paix (MONUSCO) et des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) indiquent ces organisations.

Avant de rappeler que « l’inaction de la MONUSCO » pendant les massacres malgré des alertes envoyées et «l’inefficacité » des différentes opérations des FARDC laissent sans mots.

Aussi, rapportent t-elles, les stratégies nationales et internationales (si elles existent) de l’instauration de la paix et la justice dans cette région ont simplement échoué. « Avec leurs années d’expérience meurtrière, les égorgeurs de Beni n’ont pas une identité connue, ils n’ont pas de revendications. Pourtant ils opèrent fréquemment dans un territoire bien déterminé », insistent ces organisations.

Ainsi, les signataires de cette déclaration recommandent  au  président de la République, Monsieur Felix Tshisekedi de  concrétiser ses promesses électorales de mettre fin aux massacres à Beni et à l’insécurité grandissante dans l’Est du pays.

« Les promesses du chef de l’État ont été renouvelées à travers ses divers discours sur l’état de la Nation et ses rencontres avec les Congolais. Nous lui demandons d’organiser l’armée et tous les services de la défense nationale (y compris les services de renseignements) pour que les égorgeurs de Beni soient connus et qu’ils soient poussés à la défaite« , insistent ces structures.

Par ailleurs, elles invitent Félix Tshisekedi à exercer son leadership au sein de l’Union Africaine pour qu’une collaboration spéciale sur la question de la Paix à Beni soit trouvée.

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
7 × 23 =


error: Content is protected !!