Actualité

RDC : Ouverture à Kinshasa des travaux de la 2ème réunion des ministres de la justice de la CIRGL par Sama Lukonde

Congo Rassure Share

RDC : Ouverture à Kinshasa des travaux de la 2ème réunion des ministres de la justice de la CIRGL par Sama Lukonde


Le Premier ministre congolais Jean-Michel Sama Lukonde a ouvert jeudi les travaux de la deuxième réunion des ministres de la justice de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo.

Sama Lukonde

Selon la cellule de communication de la primature congolaise, au nom du président de la République, le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, a présidé la réunion à l’hôtel Fleuve Congo. Ont pris part à la réunion le Représentant spécial des Nations Unies pour la région des Grands Lacs, le Directeur de l’Institut international pour la justice et l’Etat de droit, le Secrétaire exécutif de la CIRGL et plusieurs autres personnalités tant de la RDC que des autres pays membres de la CIRGL.

Pour le Ministre en charge de la Justice de la RD Congo, Rose Mutombo, cette deuxième réunion est l’occasion pour les Etats membres de la CIRGL d’identifier les actions prioritaires à entreprendre pour une justice forte dans la région des Grands Lacs afin de mettre fin à l’impunité et rendre justice aux victimes des crimes les plus graves dans la région des Grands Lacs.

Dans son discours d’ouverture officielle de la réunion, le Premier Ministre a souligné que cette réunion se tient dans un contexte très particulier, marqué notamment par la détérioration de la situation sécuritaire dans l’Est de la RD Congo. Le chef du gouvernement a rappelé que l’objectif pour lequel la CIRGL a été créée n’a pas encore été atteint, notamment en raison de la persistance des conflits dans la région.

« Dois-je rappeler que l’objectif de la CIRGL était de lancer un processus dans le cadre duquel les dirigeants des pays de la Région des Grands Lacs chercheraient à s’entendre sur un certain nombre de principes fondés notamment sur les relations de bon voisinage, la recherche de la stabilité des Etats membres, la paix et le développement de la région. La création de la CIRGL répond donc à la nécessité d’un effort concerté pour promouvoir la paix, gage de développement. A cet effet, les Chefs d’Etat et de Gouvernement des Etats membres se sont engagés à définir et à mettre en œuvre une série de programmes d’action pour mettre fin au retour cyclique des conflits, comme je l’ai mentionné précédemment, afin d’instaurer durablement la paix, la stabilité, la sécurité, la démocratie et le développement dans toute la région. C’est loin d’être le cas aujourd’hui, au vu de la situation dans la partie orientale de la RDC. En effet, c’est avec regret que je constate que la dégradation actuelle de la situation sécuritaire dans l’Est de notre pays, notamment dans la province du Nord-Kivu, est malheureusement le fait d’un des Etats membres qui, en violation des objectifs de notre organisation commune, est à la fois partie prenante et pourvoyeur d’une des forces négatives, mieux d’un groupe terroriste de par son mode opératoire, le M23 », a déclaré Sama Lukonde.

Cependant, loin de se décourager malgré cette situation conflictuelle, le Premier ministre a souligné la nécessité de poursuivre les efforts pour atteindre les objectifs assignés à la CIRGL, a indiqué sa cellule de communication.

« Devons-nous céder au découragement quand on considère le noble objectif pour lequel cette organisation sous-régionale a été créée ? Non. La CIRGL a plusieurs atouts, car elle est la seule organisation sous-régionale africaine qui regroupe 12 Etats appartenant à différentes communautés régionales, à savoir, la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), la Communauté d’Afrique de l’Est (CAE) à laquelle la République démocratique du Congo a récemment adhéré, et enfin, la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC). Ainsi, la CIRGL apparaît comme l’une des organisations sous-régionales capables non seulement de mettre fin aux conflits, mais aussi de stopper la résurgence de la criminalité transnationale grâce à son protocole sur la coopération judiciaire du 1er décembre 2006 », a-t-il ajouté.

Pour Sama Lukonde, la persistance de l’impunité favorise certainement un climat d’insécurité dans la région des Grands Lacs.

Ainsi, précise-t-il, « des mesures telles que les directives qui seront adoptées aujourd’hui permettront de lutter contre l’impunité au niveau régional. Ces lignes directrices aideront les Etats à assurer la poursuite et la condamnation de tous les individus contre lesquels il existe des preuves qu’ils ont commis des infractions dans l’un des pays de la région des Grands Lacs et par conséquent, faciliteront leur procès à condition que les Etats s’accordent sur une coopération mutuelle en matière d’enquête, de poursuite et d’échange d’informations et de documents ».

La cellule de communication de la Primature congolaise souligne que cette rencontre permettra aux participants de partager leurs expériences sur les enquêtes judiciaires en cours dans la région des Grands Lacs pour de meilleurs résultats.

Par DM Ngovoka
Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
24 × 30 =


error: Content is protected !!