Santé

RDC – Santé : Ce qu’il faut savoir sur les myomes utérins, l’une des maladies gynécologiques les plus fréquentes chez les femmes congolaises

Congo Rassure Share

Myomes ou Fibromes utérins

RDC – Santé : Ce qu’il faut savoir sur les myomes utérins, l’une des maladies gynécologiques les plus fréquentes chez les femmes congolaises


Par Nicole Lufungi –CongoRassure

‎Entre 40 et 45% des femmes africaines de plus de 30 ans sont susceptibles de développer des myomes ou des fibromes utérins.

Dans la plupart des cas, il s’agit d’une pathologie bénigne. Cependant, la présence d’un ou plusieurs myomes peut entraîner des complications plus ou moins graves.

Rappelons qu’un myome est une tumeur bénigne et non cancéreuse qui se développe dans l’utérus et constitue une maladie gynécologique. Selon les experts de la santé, une même personne peut développer plusieurs myomes utérins. Sa taille et sa localisation varient également, et les femmes qui n’ont pas encore accouché peuvent en développer.

Selon le Dr Joseph BANGAMBE, il existe certains facteurs qui augmentent le risque de développer un myome utérin, notamment : le facteur lié à l’ethnie (les femmes noires en développent plus que les femmes blanches), l’excès d’hormones (œstrogènes), la maternité (avoir une ou plusieurs grossesses réduit le risque de développer des myomes), ainsi que la prise de poids exagérée (l’obésité augmente le risque de développer des myomes).

Lorsqu’on lui demande comment la présence des fibromes se manifeste dans le corps d’une femme, le Dr Joseph explique que les patientes présentent régulièrement les signes suivants :

  • Menstruations prolongées accompagnées d’un flux sanguin important qui entraîne souvent une anémie.
  • Sensation de douleur dans le bas-ventre.
  • Augmentation du volume de l’abdomen et apparition d’une masse dans le bas-ventre.
  • Mal de dos (lombalgie)
  • Relations sexuelles douloureuses (dyspareunie).
  • Règles douloureuses (dysménorrhée).
  • Métrorragies (pertes en dehors des menstruations). Notez donc que si vous présentez l’un des symptômes ci-dessus, n’hésitez pas à consulter un gynécologue-obstétricien.

Comme des nombreuses autres affections, les fibromes utérins peuvent être traités. Une fois que vous aurez consulté votre médecin, il vous proposera un plan de traitement adapté au stade de votre maladie.

Si vous êtes asymptomatique, c’est-à-dire que vous ne présentez aucun des symptômes énumérés, le médecin vous conseillera une simple surveillance. En revanche, si vous présentez déjà des signes cliniques, une intervention chirurgicale et un traitement médical peuvent être envisagés.

Cependant, il existe plusieurs types de myomes, à savoir : – les myomes sous-muqueux (se développent en dehors de la matrice et sont responsables de saignements menstruels abondants, voire d’infertilité).
– les myomes sous-séreux (se développent en dehors de l’utérus et sont volumineux)
– les myomes interstitiels ou intra-muraux (situés dans l’épaisseur du muscle de la matrice), et enfin

-les myomes parasites (qui n’ont aucun contact avec la matrice).

Les myomes ou fibromes utérins se développent chez environ 20 à 40% des femmes à partir de 35 ans. Bien qu’ils puissent entraîner des complications, les myomes peuvent être traités par des gynécologues ou des obstétriciens.

Congo Rassure
the authorCongo Rassure
Congo Rassure

Laisser un commentaire

Résoudre : *
11 × 24 =


error: Content is protected !!